Jeux vidéo

Lara Croft opère son grand retour après un Rise of The Tomb Raider très réussi. Nous avons eu la chance de jouer 5 heures aux dernières aventures de notre Britannique préférée. Autant le dire tout de suite, Lara est prête à en baver à travers une quête s’annonçant comme des plus palpitantes.

Hollywood n’a qu’à bien se tenir

La première évidence qui nous saute aux yeux à la fin de notre parcours, c’est le savoir-faire des développeurs pour nous offrir des phases dignes des plus grands effets spéciaux hollywoodiens. Sans trop en dévoiler, observer une ville dévastée par le chaos alors que nous cherchons à survivre, nous offre des moments de jeu spectaculaires !

Ces expériences visuelles, plus que de gameplay, se révèlent être un choix totalement assumé par les développeurs. Le directeur narratif du jeu, Jason Dozois, nous a exposé son propos sur ce point : "Ces moments visuels ne sont pas faits pour enlever une expérience, mais pour en créer une. On a fait ce choix pour créer de l’émotion auprès du joueur."

Parlons-en du visuel, graphiquement le jeu est splendide. Le travail apporté à l’univers nous offre une très belle palette de couleurs. Les panoramas se profilant à l’horizon vous décolleront la rétine à n’en pas douter.

Lara en apnée constante

Le ton est donné dès la première heure de jeu, nous nous trouvons bien dans un Tomb Raider avec une dimension beaucoup plus mature que son cousin plus ou moins proche, Uncharted. Lara en prendra encore une fois pour son grade, par exemple lors d’un combat contre un jaguar qui n’hésitera pas à savourer la chair de Lara. Il ne sera pas rare de retenir son souffle lors de ces affrontements face à une jungle des plus hostiles. Nous n’étions pas les seuls à être en apnée, puisqu’une nouveauté de cet opus est d’offrir des phases d’explorations aquatiques à Lara. Patauger dans les fonds marins se révèle être très plaisant, cette dimension permet d’offrir un peu plus de verticalité dans une œuvre pourtant linéaire. Faire de la plongée n’est évidemment pas la seule des nouveautés puisque Lara a décidé de parfaire ses capacités d’escalades afin d’effectuer des descentes vers la terre ferme grâce à son grappin.

De l’exploration à l’infiltration

"Il y aura 3 « hubs » vraiment sociaux qui permettront un peu plus de faire de l’exploration et d’obtenir des éléments se rapprochant d’un RPG comme des quêtes secondaires", confesse le directeur narratif. Nous avons effectivement pu découvrir un village faisant office de plaque tournante. Explorer un endroit fourmillant de vie procure une certaine satisfaction par rapport aux opus précédents qui se faisaient un plaisir à nous immerger dans une claustrophobie constante.

Sans être le mot d’ordre, l’exploration était de la partie lors de nos aventures au sein de la jungle. Découvrir une végétation omniprésente nous aura parfois donné l’impression d’évoluer dans un labyrinthe de verdure. Ce n’est évidemment qu’une illusion, une fois nos marques prises, les niveaux s’avèrent plus resserrés que nous l’imaginions. Toutefois, la jungle reste plaisante à parcourir et à admirer.

Et qui dit jungle, dit nouvelles opportunités dans les combats. À la manière d’un personnage d’Assassin's Creed, il sera possible de se camoufler dans les feuillages afin d’éliminer vos ennemis en toute discrétion. L’infiltration ne s’arrête pas là, puisque se couvrir de boue ou se coller à un mur assiégé par les plantes grimpantes sont des autres des possibilités offertes à nos instincts d’assassin.

Des casse-têtes à tue-tête

Les tombeaux se joindront à la fête et nous avons pu en explorer un. Notre mission sera alors de résoudre une énigme afin de récupérer une amélioration. Le puzzle à résoudre semblait être un peu plus complexe qu’à l’accoutumée dans la licence. Sans être insurmontable, il faudra parfois faire travailler ses méninges. Ces casse-têtes ne sont pas exclusifs aux tombeaux et ils parsèmeront votre aventure à plusieurs reprises.

"Le voyage rapide vous permettra de revenir à un feu de camp afin de compléter ce que vous aviez laissé en suspens" a expliqué Jason Dozois. Ces voyages rapides permettront de retourner à un endroit muni d’un outil que nous ne possédions pas afin d’explorer un pan de l’environnement inaccessible jusque-là. Une façon d’offrir probablement une certaine rejouabilité au titre.

Une expérience dans la droite lignée de ses prédécesseurs

Le constat est simple, le jeu ne semble pas révolutionner la licence commencée en 2013. C’est en tout cas notre avis après ces 5 premières heures de jeu, mais est-ce réellement ce que nous attendions ? Après tout, notre désir se situe plutôt dans l’espérance de participer à une aventure haletante, de découvrir des panoramas somptueux. Tout cela, Shadow of the Tomb Raider semble nous l’offrir. Afin d’en avoir le cœur net, nous vous donnons rendez-vous le 14 septembre 2018, date de sortie officielle des prochaines aventures de Lara.