Jeux vidéo

Si nous devions définir la dernière décennie Sonic, elle ne serait pas glorieuse. Alors que les épisodes 3D complètement ratés se sont enchaînés au fur et à mesure des années, la recette miracle pointe le bout de son nez. Le cocktail pour remettre notre hérisson bleu au goût du jour ? Faire un bond de plus 20 ans dans le passé, tout simplement.

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes

S’il était nécessaire d’attendre le moment propice pour vous sortir l’expression de notre grand-mère adorée, autant vous le dire, c’est maintenant que nous la dégainons. Sonic Mania Plus, c’est une ode à la bonne vieille popote qui a fait le succès du hérisson. Prenez du Sonic tout droit sorti des années 90, une touche d’idées complètement inédites, un peu de travail d’architecte pour aménager les niveaux et vous obtenez le meilleur épisode de la franchise depuis belle lurette. L’originalité de cet opus, c’est justement de ne pas l’être. Si le principe vous semble confus, laissez-nous vous expliquer.

© D.R.

Recycler, c’est important

Après avoir décidé entre les 5 personnages jouables et leurs capacités uniques pour débuter votre aventure, vous voilà propulsé sur le grill. Les fins connaisseurs de Sonic ne seront pas surpris de reconnaître les anciens niveaux : Green Hill , Chemical Plant Pas de panique, ces derniers vous offriront un délicieux supplément chantilly ! Sans bouleverser vos repères, le jeu ne se gênera pas pour vous faire découvrir des nouvelles saveurs inexplorées à l’époque des nineties. Les nouvelles idées de gameplay offrent une nouvelle dimension rafraîchissante sur un épisode 2D qui semblait prendre la direction du remaster bête et méchant. Quelle erreur de notre part d’avoir pu imaginer une ineptie de la sorte. Nos papilles en frémissent pour un résultat exquis. Les surprises iront de bon train et vous amèneront à la découverte de nouvelles zones mais également à la rencontre de boss inédits. Vous parler de ces nouveaux stage/boss reviendrait à vous spolier d’un plat savoureux digne d’un restaurant 3 étoiles.

Les vieilles habitudes ont la dent dure

Si nous devions vous citer les défauts de l’épisode ici présent, il nous suffirait de récupérer les points négatifs d’un test issu des années 90. Pour faire simple, l’inertie des personnages est toujours présente et elle pourra vous agacer lors de certaines phases rendues compliquée par les déplacements patauds de Sonic et sa belle bande de joyeux lurons. Une fois lancé à toute vitesse, Sonic est inarrêtable pour le pire comme pour le meilleur. Autant le voir gambader à une vitesse folle à travers un stage agencé à la perfection est un plaisir de tous les instants, autant le voir se planter lamentablement en boucle sur le même obstacle à cause de cette même vitesse est consternant. La rapidité se situe pourtant être le charme absolu de Sonic, s’en plaindre serait un peu perfide de notre part.

Des modes pour prolonger le plaisir

Du mode Bis au contre-la-monte, il y en aura pour tout le monde. L’expérience Bis vous permet de reparcourir l’aventure en profitant des atouts de deux personnages ajoutés dans cette version Plus de Sonic Mania. Le soft s’avère être généreux et il est également possible de partager le plaisir du jeu dans un mode compétition jouable en écran partagé. Cette option tellement rare de nos jours se doit d’être soulignée.

Sonic nous montre ses belles épines

Visuellement, le jeu met à profit les possibilités offertes par les consoles actuelles. Les animations offrent un rendu impossible à atteindre sur les machines SEGA d’antan. La direction artistique vous aguiche le regard sur des trouvailles visuelles à tomber. Quant à la musique, le constat est similaire, les vibes retro se suffisent elles-mêmes. Siffloter à tue-tête les thèmes des stages composera votre quotidien.

© D.R.

Nostalgie, bonjour

Si nous devions définir notre expérience, nous la mettrions sous le signe de la nostalgie. Ce qui nous frappe, c’est le constat malheureux d’avoir dû attendre un épisode renouant avec le Sonic de la bonne vieille époque pour être en face d’une réussite. Cet opus constitue dès lors ce qui nous semble être le plus beau succès de la franchise depuis les années 90. Paradoxalement, nous le visualisons comme un aveu de faiblesse sur la possibilité d’obtenir un Sonic de qualité totalement exclusif de A à Z. Espérons encore une fois nous borner de pensées stupides. Qui sait, Sega nous fera peut-être mentir dans quelques années. En attendant, bouder Sonic Mania Plus serait une grossière erreur à ne pas commettre.