Jeux vidéo Après Le Bâton de la Vérité, qui avait été plutôt bien accueilli, South Park et Ubisoft s'allient à nouveau pour L'Annale du Destin. Un seul objectif: faire entrer le fan de la série dans le monde de South Park.

Et l'immersion est plutôt réussie puisque l'on s'y croit du début à la fin. On a, en fait, l'impression d'avoir devant nous un gigantesque épisode de la série animée tant la narration et la mise en scène respectent à la lettre les moindres codes du monde vulgaire et déjanté de South Park. Mais attention, pas question de rester les bras croisés à regarder l'action se dérouler. On en est partie prenante et même le centre de l'attention, en tant que petit nouveau dans la ville. Des personnages aux environnements, en passant par certaines références, tout est fidèle au dessin animé. Seules manquent les voix françaises, qui ont été retirées du jeu au dernier moment. Malgré la présence d'une VF alternative (et pas franchement réussie) on vous conseillera donc de filer vers la VO en activant les sous-titres en français qui, si ils passent à côté de certaines blagues, sont la plupart du temps assez précis.

© Ubisoft


Côté gameplay, on se retrouve face à un RPG à orientation tactique, plongé dans le monde de South Park. Après le Seigneur des Anneaux avec Le Bâton de la Vérité, South Park s'attaque à présent aux super-héros et particulièrement aux univers Marvel et DC Comics. Ainsi deux "clans" de super-héros s'affrontent pour avoir les honneurs de la ville et de ses habitants. D'un côté l'équipe du Coon, le super-héros incarné par Eric Cartman et de l'autre l'équipe de Mysterion, super-héros incarné par Kenny McCormick. Comme dans tout RPG on commencera par créer notre personnage et c'est dès cette étape clé que l'humour South Park se met en place puisque tout est tourné vers l'humour noir et souvent dénonciateur de la série. Ainsi pour un niveau de jeu plus compliqué, il faudra créer un enfant noir. La difficulté ne sera pas modifiée mais l'effet est là, dénoncer la chance que certains ont et d'autres pas. Pareil pour la construction de notre identité, notamment sexuelle. "Cisgenre, bisexuel, pansexuel, transgenre" font partie du vocabulaire du jeu et décrivent finalement assez bien toutes les distinctions qu'on peut à présent faire entre plusieurs individus dans une société. Là aussi, le jeu réussit parfaitement son pari en ne dépassant jamais les limites tout en dénonçant avec son humour habituel.

© Ubisoft


La difficulté n'est pas vraiment présente dans cet opus puisque le jeu est orienté vers les succès et est à 100% au service du scénario. Ainsi n'espérez pas vraiment qu'un boost de votre équipement fera une différence sensible lors des combats, où que la tactique sera déterminante dans ces derniers. Non le jeu ne présente pas une expérience difficile mais bien un scénario interactif où les combats et petites énigmes sont autant de pierres angulaires pour faire avancer la narration. Le tout dans un monde ouvert extrêmement respectueux de la série, chaque bâtiment (ou presque) étant à sa place. Enfin, le jeu peut se targuer d'une excellente durée de vie puisqu'il faudra près de vingt heures pour clore cet opus. 

© Ubisoft


En bref, L'Annale du Destin reprend les bases du Bâton de la Vérité en améliorant tout, principalement la durée de vie et l'immersion. Si on peut regretter l'absence des voix françaises officielles, il faut féliciter les équipes d'Ubisoft pour le respect total accordé à l'esprit de la série, à son univers et donc à ses fans. Fans qui seront ravis de redécouvrir South Park en étant les acteurs principaux de l'histoire. Pour les autres, l'expérience reste tout à fait agréable et accessibles même si ils passeront probablement à côté de certaines références à la série originale.