Jeux vidéo Vous l'avez certainement lu les nombreux articles dédiés au nouveau jeu Star Wars d'Electronic Arts. Et pour cause, les micro-transactions qui sont parties prenantes de l'expérience multijoueur ont défrayé la chronique avant d'être temporairement désactivées par l'éditeur, craignant des sanctions juridiques contre son jeu. Au-delà de cette polémique, Battlefront II possède quelques points positifs qu'il serait dommage de nier. On fait le point dans ce test.

Commençons par le mode solo. Grand absent du premier opus signé EA, il était très attendu par l'ensemble des fans de l'univers signé Georges Lucas. Et pour un premier scénario, DICE, le développeur, a tenté l'originalité. Ainsi, le joueur débute l'histoire du côté de l'Empire, au contrôle d'un Stormtrooper d'élite. Les missions sont plutôt variées, très nerveuses et, pour la plupart, dignes d'un vrai film Star Wars. Certes le scénario manque par moment de surprises ou d'audace, mais l'ensemble se tient plutôt bien et offre même une fin de campagne particulièrement excitante. On apprécie également de passer d'un personnage à un autre lors de certaines missions et non d'être cantonné à incarner, pour chaque chapitre, le même individu. On regrettera juste les environnements dans lesquels se déroulent ces missions, qui sont quasiment intégralement des maps multijoueurs réadaptée. Un petit effort sur le level design n'aurait pas été superflu.

© EA Games


Techniquement, Star Wars Battlefront II est un jeu sublime. Fort d'un premier volet déjà très réussi graphiquement, ce nouvel épisode offre des textures et des environnements magnifiques en 4K, que ce soit sur PS4 Pro, Xbox One S ou One X (nous n'avons pas pu tester la version PC). On a longuement scruté les visages des personnages principaux de la campagne solo, bluffants de réalisme et parfaitement animés. La bande sonore, elle aussi, rend parfaitement hommage aux films de la saga. En plus des musiques originales, le soft d'EA s'offre quelques titres supplémentaires bien venus. Les bruitages sont plutôt tous réalistes et correspondent en tout point à leurs pendants cinématographiques. Bref, techniquement, Battlefront II est au top.

© EA Games


On en vient au point le plus délicat de ce jeu: le multijoueur. Avant de s'attarder sur la polémique des lootboxes, parlons du contenu de ce dernier. Il ressemble en fait assez fortement à son prédécesseur. Deux modes de jeux remplacent deux autres et apportent un vrai côté épique aux batailles en ligne. Ainsi le mode Assaut galactique, qui oppose deux équipes sur des cartes géantes avec des objectifs à accomplir vient intelligemment remplacer le mode Assaut des Marcheurs, mode à succès du premier opus. Le mode Combats Spaciaux, comme son nom l'indique, oppose deux équipes aux commandes des vaisseaux les plus emblématiques de l'univers Star Wars. Il remplace le mode Escadron de Chasseur, qui était particulièrement ennuyant. Ces deux nouveauté apportent tout le côté épique de l'univers de Georges Lucas et on s'y croirait vraiment, l'immersion est réussie. Plusieurs classes sont disponibles, soldat léger/lourd, sniper, etc. Elles sont personnalisables à l'aide de cartes "capacités" et de nouvelles armes. Le problème: il faut de longues, très longues heures de jeu pour débloquer de réelles améliorations. Trop longues même. Et ceci nous mène donc au "problème des lootboxes".

© EA Games


On a tout entendu au propos de ces fameuses lootboxes, coffres payants qui offrent de précieux avantages in-game. EA a fait l'erreur de croire que les joueurs aimeraient tellement leur jeu qu'ils seraient prêt à tout pour ces lootboxes. Et donc à payer... Car celles-ci, en plus de contenir des éléments cosmétiques pour "habiller" son personnage, offrent également de l'argent in-game, qui permettra d'acheter des améliorations. Et c'est là que survient le problème: on se rapproche dangereusement du "pay to win" une notion que les joueurs détestent et qui signifie qu'en investissant de l'argent réel dans le jeu, on pourra plus aisément battre ses adversaires. Si les avantages offerts par ces coffres étaient comparables à ceux donnés aux joueurs après de bonnes parties, on en parlerait pas autant. Mais avec des améliorations si longues à obtenir en jouant normalement et ces lootboxes qui peuvent permettre à des joueurs de s'équiper pour quelques dizaines d'euros, l'équilibre est rompu: pour gagner, il faut payer. Et ça, ce n'est pas acceptable.

Face aux nombreuses critiques, EA a décidé de suspendre temporairement les micro-transactions pour tenter de rééquilibrer cette fameuse différence entre les joueurs qui payent et ceux qui veulent s'améliorer en fonction de leurs performances sur le champs de bataille. Espérons qu'ils réussiront et ne reviendront pas avec un système identique à celui présent au début du jeu et qui a descendu en flèche l'image de ce second opus, pourtant loin d'être mauvais.