Jeux vidéo Survivre dans un monde hostile est monnaie courante dans les jeux vidéo. Dans State Of Decay 2, des hordes de zombies déchaînés vous feront face avec une seule idée en tête : vous infecter !

Avec ses faux airs de The Walking Dead, le premier épisode de State of Decay n’avait pas suscité un engouement de masse, mais le jeu était quand même parvenu à convaincre les aficionados du genre. Il faut dire que l’aspect gestion du titre qui vous permettait notamment d’administrer vos ressources, mais également les modules de votre base avait séduit les gamers. Et pour ce second épisode, les développeurs ont repris les mêmes bases, à savoir : un vaste terrain de jeu, un aspect gestion et une volonté de proposer un thème survival-horror avec tout ce que ça implique de décisions morales difficiles à prendre. Un jeu qu’on peut qualifier de bac à sable tant il y a de choses différentes à faire, de lieux à visiter et d’ennemis à abattre. Mais en premier lieu, il vous faudra rechercher d’autres survivants à enrôler et à héberger dans votre base puisqu’à chaque décès d’un membre de votre équipe, vous prendrez automatiquement le contrôle d’un autre. Autant assurer ses arrières et dénicher de nouveaux alliés rapidement et construire des refuges supplémentaires avant de vous lancer dans des quêtes plus complexes. Tous les lieux peuvent être visités afin de récolter un maximum de ressources et ainsi assurer la pérennité de votre tribu de survivants et éviter tout conflit à l’intérieur même de votre base. Et quant à l’ennemi, sachez que des hordes de zombies patrouillent en permanence à la recherche de chair fraîche et qu’il en existe différents types : du plus facile à battre jusqu’aux spécimens bien plus coriaces et quasi inattaquables à l’arme blanche.

Niveau gameplay, State of Decay 2 se prend assez facilement en main lors des phases d’affrontement avec les zombies. Le gameplay se révèle un peu plus complexe lorsqu’il s’agit de gérer sa base, mais rien d’insurmontable. En somme, le jeu se contrôle à l’aide de quelques touches lors de vos combats et un peu plus en ce qui concerne la gestion des ressources et celle de votre base. Graphiquement, le titre ne casse pas la baraque, mais offre un niveau de détails correct à l’écran. L’aspect technique a donc été plus soigné que pour le premier opus, mais n’arrive pas encore à la cheville de plus grosses productions. Heureusement, cette fois-ci les développeurs ont eu la bonne idée d’introduire un mode multijoueurs plutôt bienvenu dans un jeu qui mise avant tout sur la coopération. Cela donne une dimension supplémentaire à l’aventure, mais surtout ça tient un peu plus en haleine les joueurs qui auraient tendance à jeter l’éponge trop rapidement.

State of Decay n’a rien à voir avec un Dead Rising même si les deux jeux tournent autour des morts-vivants, mais le côté décalé du second permettait de découper l’ennemi avec le sourire, là ou State of Decay mise clairement sur le côté obscur. Le naufrage annoncé par certains n’a donc pas eu lieu puisque State of Decay 2 s’en sort honorablement, mais on ne lui octroiera pas de distinction.

© DR