Jeux vidéo

La suite du célèbre jeu de simulation automobile d'Ubisoft est dans les bacs avec une nouvelle formule pour contenter tous les appétits: passer de la voiture de course à la moto, à l'avion ou au bateau. Bref la liberté totale pour le joueur, au coeur une fois encore des Etats-Unis, reproduits presque fidèlement. Pari réussi pour les développeurs, Ivory Tower ? La réponse dans notre test du jeu !

The Crew 2 est donc un jeu de course. A la base réservé aux courses automobiles, ce nouvel opus permet aux joueurs d'être aux commandes de voitures ultra puissantes, d'avions de voltige, de bateaux de course ou encore de motocross. Quatre catégories de véhicules pour une multitude d'activités comme la course de rue, le rallye, le powerboat, les aérobatics ou encore des courses de motocross. Ces activités sont rangées dans trois "secteurs": la street, qui rassemble les courses plus underground, l'offroad, qui réunit des épreuves hors-piste et le freestyle, qui présente les activités les plus spectaculaires. Enfin, les épisodes Live Xtrem Series rassemblent les différentes catégories de véhicules via le système de changement instantané de véhicule, belle réussite de ce second opus tant il permet de passer, avec beaucoup de fluidité, d'une voiture à un bateau ou un avion par exemple.

Comme son nom l'indique, tout l'intérêt du jeu est de rouler en compagnie de ses amis, réunis en une équipe, un "crew". On se retrouve donc sur une carte gigantesque, représentant une version simplifiée des Etats-Unis, où il est possible de tout traverser pour rallier les côtes Est et Ouest, en rencontrant divers joueurs et crews. Premier regret: on croise peu de monde, comme si le serveur était vide. L'expérience "multijoueurs" en devient donc limitée, d'autant qu'il n'est pas possible de réaliser des courses contre des adversaires réels mais seulement avec les membres de son équipe. On se retrouve donc bien vite face à un enchaînement d'activités en équipe.

Les activités, elles, sont innombrables. Et c'est l'un des points forts de cet opus, qui offrira de nombreuses heures aux joueurs avides de challenges, d'autant que l'IA est particulièrement corsée et mènera la vie dure aux pilotes, les forçant à user de toutes leurs techniques pour finir les épreuves en tête. Une intelligence artificielle parfois même trop forte, au point d'en devenir irréaliste, surtout lorsqu'elle réussit à boucher un écart de 15 secondes en quelques centaines de mètres. On aurait aimé que l'IA garde son agressivité technique sans pour autant devenir abusivement forte.

Techniquement, The Crew 2 nous laisse un avis mitigé. Si les villes sont plutôt bien reproduites, l'ensemble de la carte est finalement assez vide et inintéressant puisque n'abritant même pas d'activités. A force de parcourir de nombreux kilomètres sans intérêt, on aura vite fait de préférer le déplacement rapide entre deux épreuves. Graphiquement, le jeu se défend sans en mettre plein les mirettes, Ubisoft ayant probablement favorisé la performance (quasiment aucun ralentissement à signaler) à la qualité des décors. Mention spéciale tout de même aux véhicules, bien reproduits.

Dans l'ensemble, The Crew 2 est un bon jeu de course en monde ouvert. Proposant un contenu plutôt fou, tant en termes d'activités qu'en termes de véhicules jouables, le jeu se base notamment sur des classements mondiaux pour tenter les joueurs à essayer encore et toujours de réussir un meilleur temps. C'est d'ailleurs là le seul aspect multijoueur du jeu qui s'appuie sur un système d'équipes mais ne les fait pas s'affronter directement sur des épreuves: une déception. Enfin, on se souviendra qu'à proposer une multitude de sports moteurs, Ubisoft se heurte à un problème majeur: une multitude de concurrents. Et malheureusement pour l'éditeur français, ces concurrents nous transmettent plus de sensations volant, guidon ou manche en main. Bref, un bon condensé explosif qui nous laisse un peu sur notre faim.