Jeux vidéo Après un premier opus (The New Order) très réussi, la série dirigée par Machine Games depuis 2014 revient avec un deuxième épisode qui marche clairement dans les pas de son aîné. Avec une même réussite ?

On commence donc cette aventure au sein d'un sous-marin, au contrôle de (attention, spoilers) B.J., sorti d'un long coma, lui qu'on avait laissé agonisant à la fin du premier opus. Mais Blazkowicz n'est pas aussi facile à tuer et, paralysé, se rue sur un fauteuil roulant, saute sur deux uzi et plombe tous les nazis se trouvant sur le navire. Bref, vous l'aurez compris, cet épisode s'annonce dès le début aussi barré (si pas plus) que son prédécesseur. Une fois la mission d'introduction terminée, B.J. sort heureusement de sa paralysie (un FPS entier en fauteuil roulant, on demande à voir !) et le scénario avance à coup d'uchronie, de WTF, de gunfights aussi nerveux que déjantés et d'un humour parfois très limite mais qui correspond entièrement à l'ambiance dans laquelle nous plonge le jeu.

© Bethesda

La narration est clairement, une fois de plus, le point fort de cet épisode. Notamment la facilité avec laquelle les développeurs tissent des relations fortes et réalistes entre les personnages. Une narration qui est finalement le fruit de dialogues particulièrement bien écrits qui rappellent même le cinéma à certaines occasions. Le scénario, de plus, ne se laisse pas vivre mais tend à se renouveler, quitte à offrir quelques surprises et retournements de situation franchement intéressants pour le joueur. Bref, une belle réussite.

Techniquement, le jeu est beau, très beau par certains endroits grâce à une belle maîtrise de la lumière. Certes, ce n'est pas le plus beau jeu de sa catégorie mais il se défend et ne peut pas être désigné comme le plus moche, loin de là. Les environnements sont riches et variés mais très inégaux puisque certains sont très bien réalisés tandis que d'autres sont très vides. C'est notamment dû à une fausse impression de monde ouvert qu'on a voulu nous offrir et qui ne fonctionne pas vraiment. Au niveau audio, la BO est excellente et totalement dans le thème. Mention spéciale à la VF, particulièrement bien enregistrée puisqu'elle permet même d'oublier que le jeu original n'est pas en français !

© Bethesda

En résumé, Wolfenstein II est la suite logique du beau succès du premier épisode. Toujours aussi bien écrit et réalisé, le jeu s'appuie sur une ambiance déjantée, WTF et uchronique pour imposer son ambiance, soutenue par une BO de circonstance et une VF de très bonne qualité. Les gunfights sont très nerveux, comme l'ensemble du jeu qui donne l'impression de toujours aller vite, très vite. Dommage que certains échanges de tirs soient trop longs, au risque de lasser le joueur. L'IA est également une belle déception, les ennemis étant très loin d'être des foudres de guerre. Mais Wolfenstein II se doit d'être joué, ne fut-ce que pour le voyage scénaristique qu'il nous fait vivre, tellement barré mais tellement intense, notamment via les différents personnages tous riches en personnalité et en importance.