Jeux vidéo Comme chaque année depuis que les studios Take Two ont repris le flambeau à THQ, le catch américain revient en jeu vidéo avec la licence WWE 2K. Cette édition apporte le plus gros roster de tous les temps (comme à chaque nouvel opus finalement), plusieurs grosses nouveautés (ou retours pour ceux qui jouaient déjà aux jeux de THQ) et une première historique: la possibilité d'être à huit en même temps sur le ring. Alors, que vaut ce WWE 2K18 ? On vous dit tout !

Commençons par les principales nouveautés. Il s'agit surtout du mode Carrière, complètement revisité, de la possibilité de combattre en coulisses et du nouveau mode online "Road to Glory". 

Un "Mon Joueur" à la sauce NBA 2K et une Carrière complètement foirée

On sent, dans cette nouvelle façon de gérer la superstar créée par le joueur, l'inspiration du grand frère NBA 2K. Avec un hub "Mon Joueur" qui accueille la carrière et le nouveau mode Road to Glory, on remarque vite les ressemblances avec le mode "My Player" de NBA 2K: un personnage créé qu'on utilise autant pour la carrière qu'en ligne. Et avec ce nouveau hub arrivent aussi les VC (la monnaie virtuelle des jeux de sport de 2K) qui prennent une importance capitale dans cet opus puisque TOUT s'achète à coup de VC (des coupes de cheveux aux vêtements, en passant par les attributs ou les movesets). On craint que le jeu ne se retrouve sur la même pente glissante que son homologue du basket, où les micro-transactions deviennent indispensables pour avancer dans le jeu.

Concernant le mode Ma Carrière, il fait peau neuve mais ne se débarrasse pas de son principal souci: le manque de cohérence. Les matches s'enchaînent, parfois interrompus par des cinématiques nous permettant de comprendre l'enjeu, parfois sans rien car le scénario fait "une pause". On a l'impression que certaines dates déclenchent l'avancement du scénario qui, sans celles-ci, s'arrête et laisse le joueur dans l'incompréhension et l'attente de la suite. La nouveauté de ce mode Carrière était le retour de la possibilité de se promener dans les backstages. Là aussi, c'est un échec puisque les coulisses sont presque vides et inutiles et qu'il s'agira, pour la plupart du temps, de faire des aller-retours entre le parking et la salle de production. On sent pourtant dans le scénario l'envie de profiter de cette nouveauté, peut-être à outrance d'ailleurs puisque les combats et interviews en coulisses se multiplient de façon complètement démesurée. Comptez en plus le nombre de "promos" à exécuter dans le ring et on se retrouve dans une carrière où le joueur n'a aucun contrôle et où le catch passe finalement au second plan. Bref, un scénario avec peu d'intérêt, aucune rejouabilité et des scènes répétitives: ce mode Carrière 2.0 ne convaincra pas grand monde.

Le mode Road to Glory est une bonne surprise. Il faudra, avec son catcheur créé, affronter d'autres joueurs en ligne pour monter dans le classement et obtenir des récompenses. Mais là aussi, ceux ayant dépensé plus d'argent dans le jeu et donc ayant pu mieux développer leur avatar seront très avantagés lors des affrontements.

© 2K

Les modes Univers et Exhibition, vrais moteurs du jeu

Là où WWE 2K18 ne flanche pas, c'est dans le contenu. Avec les modes Exhibition et Univers, le jeu parle aux fans. Au roster impressionnant (le plus grand de l'histoire de la série), composé de légendes, de superstars d'aujourd'hui et d'espoirs de NXT viennent se joindre de nombreuses arènes plus ou moins bien reproduites et de multiples styles de combat, du match en cage au match de tables, en passant par les classique Royal Rumble et Elimination Chamber. Le mode Univers vous permet même de prendre les commandes de la WWE et de faire ce que vous voulez avec. La limite là est surtout votre imagination.

Manette en main, le jeu est agréable. La plupart des mouvements sont fluides et on remarque immédiatement l'effort entrepris pour améliorer les graphismes qui, même si ils restent en retrait par rapport à ce qu'on pourrait attendre d'un jeu en 2017, font un bond en avant par rapport à la soupe de pixels servie depuis de nombreuses années. On reconnaît très bien la plupart des Superstars même si certains catcheurs auront probablement honte de leur représentation, totalement manquée (Seth Rollins pourtant tête de gondole du jeu, est méconnaissable). 

© 2K

Un jeu truffé de bugs impardonnables

En 2017, il est rare de voir un jeu être publié avec autant de bugs. Qu'ils se trouvent dans la gestion des cheveux des catcheurs, de la physique des objets, des affrontements, du scénario dans le mode Carrière ou de crashs intempestifs, on a rarement vu un jeu aussi buggé. Et le patch day one n'a pas corrigé grand chose. Bref une grosse déception qui anéantit beaucoup d'efforts des développeurs et qui prête plus à rire qu'autre chose. Il faudra de nombreux patches avant d'obtenir un jeu stable et ça, ce n'est pas pardonnable.


Dans le reste du jeu

Pour le reste, on appréciera les nombreux modes de créations (arène, moveset, superstar, ceinture, vidéo, etc.), le online qui fonctionne plutôt bien et évidemment la possibilité de voir s'affronter huit catcheurs, même si celle-ci s'accompagne de ralentissements réguliers, surtout en début de match.

© 2K


En bref, WWE 2K18 est un bon jeu de catch mais il ne convaincra pas grand monde en dehors des vrais fans de la discipline. Trop buggé, esthétiquement pas au goût du jour et avec un mode Carrière proche du ridicule, WWE 2K18 n'est pas la grande révolution attendue par les joueurs après plusieurs éditions déjà très limites. Qu'elle est loin l'époque de THQ ...