Livres/BD

L'album n° 10 a été traduit dans un wallon qui se veut compréhensible dans toute la Wallonie. Reste cependant en français le célèbre "M'enfin" de Gaston

LIÈGE Après Le Vieux bleu , Natacha ou encore Les bijoux de la Castafiore (Tintin), la société d'édition liégeoise Noir Dessin Production remet le couvert avec un nouvel album traduit en wallon. Il s'agit cette fois du doux rêveur et inventif Gaston Lagaffe de Franquin, et plus précisément de l'album n° 10.

Voilà désormais le célèbre gaffeur qui parle le rfondou walon. "C'est un peu la langue du 21e siècle. Sachant qu'il existe un dialecte à Liège, un à Namur ou encore un autre à Charleroi, différents auteurs se sont regroupés pour qu'il n'y ait plus qu'un seul wallon. Ils ont ainsi pris les mots les plus porteurs et ont créé une sorte d'espéranto wallon" , souligne Michel Elsdorf, de Noir Dessin Production.

L'idée de traduire Gaston Lagaffe vient d'un éditeur breton. Les éditions Dupuis ont alors été contactées et un arrangement en est ressorti. Mais pourquoi s'en tenir au breton ? "Des contacts ont été pris avec des traducteurs d'autres langues et le Gaston wallon est né. Le choix s'est porté sur le rfondou walon pour qu'il soit compris dans toute la Wallonie. Le Namurois le lira à sa façon, le Liégeois aussi..." , précise Yoran Embanner, l'éditeur breton.

Le rfondou est donc un mélange des différents wallons existants. Les Liégeois repéreront donc dans l'album des mots de la langue de Tchantchès. "J'ai décidé de donner une coloration locale aux personnages" , souligne Yannick Bauthière, le traducteur qui provient de la région de Charleroi. Et alors que Gaston parle davantage le wallon namurois, Longtarin et De Mesmaeker s'expriment plutôt en wallon liégeois. Un mot a cependant été gardé en français: le célèbre "M'enfin" de Gaston qui a tout son charme.

L'album est vendu au prix de 10 € et est disponible dans les librairies mais aussi chez les marchands de journaux et dans les grandes surfaces.



© La Dernière Heure 2007