Livres/BD La jeune femme publie un mook dans lequel elle règle quelques comptes…

Un livre, un livre, comme vous y allez… Certes, la chose est écrite, il y a des pages en papier avec de l’encre dessus, mais de là à parler de livre… D’ailleurs, la principale intéressée - Nabilla, puisque c’est d’elle qu’il s’agit - évoque un mook quand elle parle de sa dernière production. Un quoi ? Un mook. De Magazine et de l’anglais Book. "Revue souvent luxueuse, intermédiaire entre le magazine et le livre, diffusée en librairie…" Jusque-là, la définition du Petit Larousse colle. "… et privilégiant les articles de fond". Là, tout de suite, on est beaucoup moins proche de la réalité.

Car que trouve-t-on dans Nabilla Benattia est inclassable ? Réponse de l’éditeur : "Un condensé des petites recettes pour capter les tendances, maîtriser comme personne les réseaux sociaux (comment faire le meilleur selfie, gérer un bad buzz ), adopter les looks qui vous valorisent…" Bref, des articles de fond quoi.

Dans lesquels la starlette de la téléréalité en profite pour régler quelques comptes avec ceux qu’elle a dans le nez. Comme Laurent Ruquier - qui avait affirmé dans Télé Star qu’il refusait de l’inviter dans son émission. Après un Tweet rageur - "Frustration du papy", suivi d’un smiley -, la voici qui en rajoute. À V comme Vulgaire, elle écrit : "Il y a des gens pour qui ce que j’ai fait, la téléréalité et les émissions de Cyril Hanouna, sont le summum de la vulgarité. Ce serait - pardonnez-moi l’expression - ‘con’. So what ? Moi, je trouve qu’on est toujours le con de quelqu’un ! Pour moi, les émissions de Ruquier, par exemple, c’est très con !"

Petite leçon de réseaux sociaux

"Twitter, c’est toute ma vie. J’y suis tout le temps. C’est tellement simple, tellement efficace. Même Donald Trump s’en sert tout le temps. LOL ! Bizarrement, c’est devenu mon espace privé, là où je dis vraiment ce que je pense. Le problème ? C’est que je dis vraiment ce que je pense et parfois, ça part trop vite. C’est bien parce que sans spontanéité, on s’ennuie et que, parfois, je joue seulement les clowns. J’appelle Macron Macaron . Voilà ! Mais quand on m’attaque #défautsànepasavoir je réponds. Très vite. Et je peux déraper. Le pire, c’est que quand je vais trop loin, ce sont les autres qui m’ont attaquée qui en profitent."