Livres/BD La Foire du livre prend la route, le 22 février, avec Asli Erdogan à l’honneur.

La Foire du livre de Bruxelles se tiendra à Tour&Taxis du jeudi 22 février au dimanche 25 février avec une inauguration festive le mercredi soir, le 21 février. La durée de la Foire du livre sera donc raccourcie d’un jour par rapport aux années précédentes et on supprime le lundi qui était un jour de peu d’affluence, les écoles venant alors les jeudis et vendredis. L’objectif est d’ailleurs d’augmenter le nombre de visiteurs (65.000 l’an dernier) tout en préservant la qualité et le confort pour ceux qui y viennent. Rencontre avec le coordinateur général de la Foire du livre depuis plus de deux ans, Grégory Laurent.

Votre thème est Sur la route, un titre inspiré du roman éponyme de Jack Kerouac.

"Bien sûr, la référence à ce livre est voulue comme le rappel que nous faisons de cette beat generation qui a créé alors un courant jeune et musical. Mais ce thème est très large et permet d’envisager aussi l’itinérance, les récits de voyages, de revenir sur les idéaux de Mai 68 dont on fête le cinquantième anniversaire cette année. On va aborder les guides de voyages, avec l’exemple du guide du Routard. On recevra le grand explorateur des Pôles Jean-Louis Etienne. Mais la route, c’est aussi celle des migrants, des réfugiés et leurs récits poignants. Le voyage, c’est encore celui de la connaissance et en particulier celui des jeunes grâce à la lecture."

Chaque année, il y a un président d’honneur. L’an dernier, ce fut Eric-Emmanuel Schmitt, cette année, c’est la Turque Asli Erdogan…

"Nous sommes très fiers d’accueillir une personnalité aussi forte, romancière, militante des droits humains, qui incarne un combat et dont le nouveau roman traduit en français L’homme coquillage sortira chez Actes Sud aux alentours de la Foire. Nous aurons d’autres personnalités mises à l’honneur : Enki Bilal en BD, Caryl Ferey en polar, Amélie Nothomb qui sera pour la première fois à la Foire pour une rencontre au Théâtre des mots et David Van Reybrouck, l’essayiste et historien belge."

Avec cette formidable femme qu’est Asli Erdogan, votre Foire prend un ton plus grave que les années précédentes quand les thèmes étaient Le bonheur et Réenchanter le monde ?

"Pas du tout. Le thème est large et contient un volet très lumineux, la littérature de voyages, comme le fait le festival Étonnants voyageurs de Saint-Malo. Le voyage est aussi une voie possible vers le bien-être. En fait, le thème est celui de la liberté et celui-ci vient compléter une sorte de trilogie commencée avec les thèmes des deux Foires précédentes : le bonheur et le réenchantement du monde."

Vous avez introduit la gratuité à la Foire. Elle restera ?

"Oui, car la notion de démocratisation de la culture est essentielle pour nous. Et cette année, on a la gratuité et, en plus, davantage d’éditeurs et d’exposants présents. Tous les grands éditeurs seront là, y compris Flammarion qui revient cette année via son distributeur. Le prix de location des stands a baissé et retrouve le prix du début de l’installation de la Foire à Tour&Taxis."

Vous espérez plus de visiteurs mais la Foire dure une journée de moins. Ne craignez-vous pas l’overdose ?

"On vise 70.000 visiteurs et, avec l’architecte, on a travaillé à ce qu’il y ait, au contraire, davantage d’espaces pour circuler, se reposer, se détendre. On a calculé qu’en dehors des espaces de rencontre, il y a plus de mille places assises pour se reposer. On veut rendre les visites encore plus agréables et favoriser ainsi des visites plus longues."