Le papa d'Astérix fête ses 85 printemps

Publié le - Mis à jour le

Livres/BD

Uderzo a sa potion magique de la longévité

PARIS Potion magique ou pas, à 85 ans mercredi, l'inoxydable Albert Uderzo supervise assidûment la confection du nouvel album d'Astérix, entre des mains amies depuis qu'il a posé ses crayons: "je contrôle tout de très près", dit à l'AFP le père du petit Gaulois avec René Goscinny.

"Astérix continue à vivre ! Et moi, je ne suis pas encore à la retraite. Je suis en bonne santé, et si je suis moins actif du fait de mon grand âge, je contrôle tout ce qui touche au personnage d'Astérix de très près et tout ce qui se fait sur le prochain album", affirme le toujours alerte Albert Uderzo.
L'album avance, "avec à la barre une très bonne équipe, même si les nouveaux auteurs sont plus lents, c'est normal. Il paraît que c'est difficile de dessiner comme moi", s'amuse Uderzo, né le 25 avril 1927 au sein d'une famille d'immigrés italiens.

"Je donne mon avis. J'apporte des corrections. Et je suis très exigeant!", reconnaît-il. "On espère que l'album sortira fin 2012. Son titre n'est pas encore arrêté".

C'est l'auteur de BD Jean-Yves Ferri, collaborateur des studios Albert-René depuis des années et créateur de "De Gaulle à la plage" ou de "Retour à la terre", qui a repris le flambeau, avec la complicité au dessin de Frédéric Mébarki, auteur de tous les visuels sur les produits dérivés d'Astérix.

Réactiver une série qui a plus de 50 ans, 34 albums et un tel succès, "c'est excessivement dangereux. Mais il faut tenter l'aventure, c'est le voeu des lecteurs", affirmait-il en septembre 2011 chez Hachette Livre qui fêtait le cap des 350 millions d'albums d'Astérix et Obélix vendus à ce jour dans le monde.
Uderzo fêtera-t-il ses 85 printemps avec banquet et barde bâillonné ?


"A notre âge, mon épouse et moi ne souhaitons plus célébrer nos anniversaires. Tous nos amis sont partis. Nous n'avons plus le goût des festivités et, sans famille, ce n'est pas drôle", avoue-t-il.

"Nous n'avons plus de rapport avec notre fille, ni avec nos petits-enfants de 23 et 15 ans. C'est très éprouvant".

Le conflit père-fille a débuté à la reprise de la majorité du capital d'Albert-René par Hachette Livre, entérinée en 2008 pour éditer les neuf derniers albums d'Astérix. Sylvie Uderzo avait alors conservé 40% des parts, revendues depuis à Hachette qui détient désormais la totalité du catalogue.
Elle estime aussi que son père est la cible de prédateurs qui en veulent à sa fortune et a porté plainte contre X. "L'enquête devrait se solder prochainement par un non-lieu", dit M. Uderzo.

C'est en août 1959 que le duo Goscinny et Uderzo inventait "Astérix le Gaulois" sur la terrasse de l'appartement de Bobigny où le dessinateur habitait alors.
Le 29 octobre suivant, Astérix faisait son apparition dans Pilote où Uderzo dessinait aussi les très réalistes "Tanguy et Laverdure". Le succès d'Astérix fut foudroyant.

La mort de René Goscinny en 1977 anéantit Uderzo. Il décide néanmoins de continuer la série. "Il y a eu des mécontents, mais assez peu nombreux. Beaucoup de séries se sont poursuivies sans leurs auteurs historiques", disait en septembre Uderzo.

Avant le nouvel album, les fans d'Astérix le retrouveront à l'automne 2012 dans le film de Laurent Tirard, "Astérix et Obélix au service de sa majesté", avec Gérard Depardieu en amateur de sangliers et Edouard Baer en petit Gaulois.
"Ce sera le troisième visage d'Astérix. Ce n'est pas un personnage facile. Il est laid et pas drôle", dit Uderzo. "En revanche, sans Depardieu, j'interdirais qu'on fasse un film. Il est Obélix incarné !"

Les aventures de l'irréductible Gaulois sont traduites en 111 langues et dialectes, restant un phénomène de BD unique au monde... avec son rival Tintin.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner