Livres/BD Jeff et sa famille ont été adaptés en bande dessinée par des Belges.

Alors que Le petit Spirou vient d’être récemment adapté en long-métrage, les Tuche, eux connaissent une deuxième vie en bande dessinée grâce à… des Belges, Falzar, le scénariste, et Marco Paulo, l’illustrateur ! "Un pour Tuche, Tuche pour un !" Cette réplique de la famille la plus attachante et loufoque du nord de la France a d’ailleurs le don d’attirer le regard. "Au départ, l’idée était de copier-coller le scénario des Tuche. On s’est vite rendu compte que c’était trop difficile. En fait, c’est un autre métier. On a donc créé une histoire qui mixe les deux premiers volets de la saga", nous raconte Marco Paulo. "Au début, on est sceptique parce qu’on a l’impression qu’on va se moquer des plus pauvres. On doit garder le côté gentil mais aussi le côté caricatural. Mais en fait, on se rend compte que c’est tout simplement ridicule de penser comme ça. Ce travail nous met face à nos propres jugements. Les Tuche sont gentils et ont un réel sens de la famille. Oui, ils ont des défauts que l’on a exacerbés mais au fond, on est tous un peu comme eux, on est tous un peu des Tuche."

Quels sont les personnages que vous avez eus le plus de mal à passer de l’écran au papier ?

"Les filles étaient relativement difficiles à caricaturer. Il faut se moquer d’elles mais, en même temps, il faut qu’elles restent jolies et attachantes. Puis, elles se vexent vite aussi ! (rires) Je me souviens que j’avais un peu trop caricaturé Cathy Tuche. On m’a donc demandé de moins forcer les traits. Le personnage se peaufine au fur et à mesure des gags."

Vous avez également inventé des personnages…

"Oui comme celui de l’épicier, par exemple. C’est devenu un running gag. Et, qui sait, ça va peut-être donner des idées au scénariste du film."

Pourquoi ne retrouve-t-on pas tous les gags du film dans la BD ?

"Tout simplement parce qu’un gag ne va être bon que grâce à son acteur. Il fonctionne à la force de son acteur. C’est pour cela qu’Olivier Baroux a abandonné l’idée de copier le scénario. On garde évidemment des répliques et des gags comme la scène des Tuche autour d’un bon plat de frites mais on y découvre également des nouveaux tels que la tournée des friteries, par exemple. L’avantage des Tuche, c’est qu’on peut les mettre dans plusieurs situations totalement différentes."

© Reporters

"C'est très ressemblant"

Sarah Stern, interprète de Stéphanie Tuche, alias Miss Bouzolles, donne son avis sur la bande dessinée

"Une bande dessinée sur les Tuche ? Ah non, je n’étais pas au courant !", nous lance Sarah Stern avant d’ouvrir le petit bijou de Marco Paulo et Falzar. L’interprète de Stéphanie Tuche, alias Miss Bouzolles, dans la saga cinématographie Les Tuche, feuillette les pages avec le sourire. "Je trouve cette bande dessinée très chouette. Les personnages ressemblent aux nôtres tout en étant très caricaturés. C’est fou de se dire que notre personnage a inspiré des personnages de bande dessinée. On pourrait même penser que cette dernière est sortie avant le film, que nous provenons tous de personnages de bande dessinée" (rires), nous confie l’actrice. "Je trouve ce travail très fidèle. J’aime beaucoup la page où l’on demande au lecteur de trouver les différences entre la photo des Tuche avant l’Euromillion et celle après l’Euromillion. La solution ? Il n’y a pas de différence. Les Tuche sont restés les mêmes ! C’est vraiment ça. C’est l’esprit de cette famille. Les Tuche, ce sont des personnes imparfaites mais qui assument ce qu’elles sont."

Que pensez-vous de votre personnage dans la bande dessinée ?

"Elle est Stéphanie. C’est-à-dire, une jeune femme innocente et pleine de fantaisie qui a un grand cœur. Dans le film, elle est cependant rousse et pas blonde." (rires)

Est-ce qu’un personnage du film manquait dans la bande dessinée, selon vous ?

"Oui, Georges Diouf ! C’est une personne très importante dans la vie de Stéphanie. C’est dommage qu’il ne s’y retrouve pas."

Les Tuche 3 sortira en salle l’ année prochaine. Que pouvez-vous déjà nous dire sur ce nouveau volet de la saga ?

"On a terminé le tournage il y a environ un mois. C’était un réel plaisir de retrouver l’équipe et les acteurs. Ce que je peux vous dire sur Stéphanie ? Sa relation avec Georges bat de l’aile. Elle va tomber sous le charme d’un intellectuel et elle va découvrir la puissance du langage. Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment…" (sourire)

Vous attendiez-vous à un tel succès après avoir tourné Les Tuche ?

"Pas du tout ! Mais, le succès est arrivé assez progressivement, lors de la sortie des Tuche 2. Il faut dire que c’est un film qui peut plaire à tout le monde."

Avez-vous des projets sur le feu en dehors du troisième volet des Tuche ?

"Je suis à l’affiche de deux films : Des goûts et des couleurs et Matilda . Ce dernier a d’ailleurs été très controversé en Russie où il y a eu des menaces contre la production. C’est hallucinant. J’ai également un projet au théâtre, sorte de two women show, avec mon amie Nathalie Deber. J’ai hâte ! La scène, c’est vraiment d’où je viens !"


>> Les Tuche, sortie le 28 septembre aux Éditions Michel Lafon.