Livres/BD En marge d’un concours destiné à ses jeunes lectrices, Catherine Girard-Audet nous dit pourquoi il faut découvrir le Québec.

Pour les (jeunes) lectrices de Léa Olivier, c’est LE concours à ne pas manquer ! En répondant à quelques questions simple, l’une d’entre elles aura, en effet, l’occasion de s’envoler (accompagnée) pour Montréal, là même où tout a commencé pour l’héroïne de papier, née de la plume de Catherine Girard-Audet. Laquelle sait y faire quand il s’agit d’avancer des arguments en faveur de son pays et de sa ville. "Les fans de Léa Olivier savent que la base de l’histoire c’est son déménagement à Montréal. Pour l’avoir vécu, je trouve ça tellement bien de plonger dans l’univers réel d’un roman, de se mettre les deux pieds dans Léa Olivier", dit-elle, à l’autre bout du fil.

"Ensuite, deuxième argument, autant l’hiver est difficile - je peux vous dire qu’il fait -15° aujourd’hui - autant je ne pourrais plus vivre avec juste une saison. Hiver comme été, il y a plein de choses à faire, ici." Enfin, troisième argument, l’auteur pense aussi que c’est la meilleure façon de la connaître elle, Catherine.

Du reste, elle le concède, elle ressemble pas mal à Léa, qu’elle ne compte pas abandonner de si tôt. "Cette fille, et même tout le monde de l’adolescence, c’est quand même moi. La remise en question de l’adolescence, ça revient dans la trentaine. Je m’associe plus à ça qu’à l’âge adulte", avoue-t-elle en riant un peu. Avant d’ajouter : "Ma philosophie, c’est que toute bonne chose a une fin, mais je ne suis pas arrivée au bout, encore. Elle n’a pas terminé ses secondaires... L’adolescence, c’est un premier pas dans la vie adulte. Ce n’est pas au bal des finissantes (de fin d’études, NdlR) que ça se produit. Ma série ne va pas se terminer au dernier jour d’école de Léa. D’ailleurs, il n’y a pas beaucoup de romans qui parlent de l’après. Moi, c’est quelque chose que je veux aborder, un peu. J’ai besoin de mener Léa à terme."

Et de le faire avec classe , humour et émotion, comme dans Friends, série dont elle était une fan absolue. "Il y a eu dix saisons et je trouve que ça s’est bien terminé. Les fans méritaient une fin comme ça et c’est ce que je veux écrire à mes lectrices."

En attendant, comme elle le dit joliment, dans le tome 10, où Léa est obligée de sortir de sa zone de confort, elle "met la table" pour le tome 11 qui va réserver une chouette surprise : "Je peux déjà vous dire qu’elle va participer à un voyage étudiant et elle s’en va à Paris. Une partie du 11e tome va se passer en France."

Envie d’en savoir plus et d’en discuter avec l’auteur, à Montréal ? Répondez aux questions suivantes (Pourquoi aimes-tu la série Léa Olivier ? Quel est ton passage préféré dans les romans ? Pourquoi est-ce toi qui dois gagner le voyage ? Dans quel point de vente achètes-tu les romans ?) et envoyez vos réponses à l’adresse leaolivier-concours@outlook.com avant le 5 février 2018. Les 300 réponses les plus convaincantes seront sélectionnées pour participer au Grand Quiz, le 25 février 2018, à la Foire du Livre de Bruxelles, en présence de l’auteur. Tout le monde repartira avec un lot, le plus gros étant le voyage de cinq jours pour deux personnes!


Catherine Girard-Audet, Léa Olivier, T. 10 Léopard Potelé, Kennes Editions