Livres/BD Le french duck roulé dans la farine

BRUXELLES Le solitaire palmipède sorti de l'imaginaire de Benoît Sokal en est déjà, l'air de rien, à sa treizième aventure pour autant d'enquêtes et bien plus de gifles encore.
C'est qu'à force de téter ses cigarettes et la dive bouteille, l'insondable canard au coeur tendre a ramassé quelques solides casquettes. La nouvelle enquête que lui a réservée son géniteur - avec le concours de Pascal Regnauld - ne se présente pas sous les meilleurs auspices pour Canardo. L'inspecteur à l'éternel imper délavé débarque comme un touriste à Crowtown, bled paumé des Etats-Unis. Dans cet univers petit- bourgeois ricain, l'inspecteur doit tenter de sauver une jeune Française de la chaise électrique. Nurse formée dans un des meilleurs établissements d'Europe, la belle est accusée du meurtre de ses patrons, un riche couple de pervers retrouvés trucidés à l'arme blanche. La jeune femme est la seule survivante et tout l'accuse. Le rejeton de cette famille, une espèce de gros légume mou dégénéré, est incapable de prononcer le moindre mot intelligible.
Dans un univers qu'elle ne connaît pas, face à un juge aux préjugés évidents contre cette frenchie, la cause semble entendue... à moins que Canardo ne parvienne à renverser in extremis le scénario tout tracé.

Benoît Sokal, le créateur du personnage, n'a jamais caché son goût pour les enquêtes à double détente et pour infliger des claques à son héros. Masochisme? `Pas du tout. Mais à part dans un certain cinéma, rien n'est jamais aussi simple qu'il n'y paraît. Canardo, c'est une évidence, n'est pas un génie. C'est un homme, un flic, avec ses points forts et ses énormes faiblesses.´
Outre son goût pour les cigarettes et la bière, Canardo affiche aussi une grosse faiblesse côté coeur. `On ne sait pas si la nurse éprouve quelque chose pour lui. On ne sait pas non plus vraiment si Canardo a craqué pour cette fille. Ce qui est sûr, c'est que c'est une belle garce qui sait ce qu'elle veut et qui n'hésite pas à jouer sur toute la gamme de la séduction pour parvenir à ses fins´, poursuit l'auteur.

Désormais, Canardo a repris son rythme de croisière qui nous vaut une bande dessinée par année. Pourtant, Sokal n'a jamais paru aussi occupé - professionnellement - que ces dernières années. Depuis plus de cinq ans, notre auteur s'échine pour une nouvelle passion qui s'appelle jeu vidéo. Après avoir réalisé une très belle adaptation de son univers de l'Amerzone en jeu CD-Rom (plus de 500.000 exemplaires vendus), Sokal travaille désormais sur son second bébé dont la sortie est annoncée à la fin de cette année. Du coup, comme les studios de confection se trouvent au Canada, l'artiste multiplie les voyages mensuels vers cette contrée lointaine sans que cela ne porte préjudice à sa production. `J'ai d'abord le soutien de Pascal Regnauld, qui s'implique de plus en plus dans la bande dessinée. Ensuite, le fait de travailler sur un autre support m'a rendu un vrai plaisir de revenir vers la bande dessinée. Mais je ne travaille plus seul parce que j'ai vraiment pris goût au travail d'équipe et que la B.D. en solitaire comme je la pratiquais avant ne me tente plus. Ce n'est peut-être pas irréversible, mais j'ai l'impression d'avoir fait un peu le tour de ce travail de bénédictin.´

Sokal: Une enquête de l'inspecteur Canardo: La nurse aux mains sanglantes, Ed. Casterman.