Musique Trois mois après leur révolution, les Francos vont subir des évolutions

Un nouveau site - qui intègre désormais toutes les scènes -, une programmation très éclectique… Les Francos ont fait leur révolution l’été dernier.

Un nouveau concept qui avait fait jaser les plus sceptiques et qui avait enchanté les plus enjoués. Au niveau de la direction du Festival, on n’est pas dupe, autant de modifications entraînent désagréments, couacs et énervements. Alors, pour faciliter la vie et le confort des festivaliers, de nouveaux aménagements sont prévus en 2019 afin de fêter comme il se doit, et sans prise de tête cette fois, la 26e édition de l’événement.

Trois chantiers ont ainsi été attaqués : la place Royale, qui accueille désormais la scène Pierre Rapsat, la fluidité du parc de Sept Heures et enfin le tant décrié cashless.

Pour faire simple, au niveau de la place Royale, les organisateurs vont récupérer ou investir des espaces qui permettront d’accueillir entre 1.500 et 2.000 festivaliers "à de meilleures places. On ne va pas vendre plus de tickets. On veut plus de confort pour nos spectateurs", assure Charles Gardier, coorganisateur. Comment ? Un carré d’or compressé, une nouvelle voûte pour le Wayai et une extension sur la chaussée.

Pour améliorer la fluidité, les organisateurs vont réorganiser quelque peu le parc de Sept Heures avec des bornes cashless mieux réparties et "un système qui permettra la recharge par smartphone, des paiements nettement mieux maîtrisés et des coûts diminués".

Les festivaliers ont manifestement été entendus.