Musique NRJ décernait samedi ses awards sur la Croisette. Ambiance...

ENVOYÉ SPÉCIAL EN FRANCE, LUC LORFÈVRE

CANNES Si la cérémonie des NRJ Awards a commencé en direct sur les ondes de NRJ et sur TF 1 ce samedi à 20 h 55 précises, le spectacle était déjà haut en couleurs dans l'après-midi sur la Croisette. Devant le Palais des Festivals, dans les allées peuplées de palmiers menant aux hôtels cosy ou au comptoir des bars branchés, ils étaient plusieurs centaines de jeunes et de moins jeunes à guetter les stars, appareil photo dans une main, carnet d'autographes dans l'autre...

Si les cérémonies de remises de prix se succèdent à un rythme effréné, celle des NRJ Awards, qui en est à sa seconde édition, a le mérite de sortir du lot. D'abord, c'est le grand public, et lui seul, qui peut choisir parmi la liste de nominés. Ensuite, cette manifestation est organisée en lever de rideau du Midem, le Marché international du disque et de l'édition musicale, qui attirera jusqu'au 25 janvier prochain le gratin des professionnels internationaux du disque. Vedettes du marché francophone et mondial ont donc tout à gagner à grimper les marche du bunker pour conforter leur image et leur cote de popularité. Enfin, la soirée bénéficie du soutien de la chaîne française TF 1 qui diffuse la remise des prix en prime time.

Autant de raisons qui expliquent l'avalanche de stars qui ont participé à cette grande fête: on citera Tom Jones, Ricky Martin, The Corrs, Vanessa Paradis (qui avec son interprétation tout en douceur de Et pourtant nous a offert un des meilleurs moments de la soirée), Anastacia, Alizée, Pascal Obispo, Ophélie Winter, Jacques Villeneuve, Victoria et David Beckham, Patrick Bruel, Hélène Ségara, Eros Ramazotti ou encore Fabien Barthez.. Si l'émission n'a pas échappé aux clichés du genre, elle a pourtant offert de bons moments. De très bons mêmes... Comme nous le soulignait Ophélie Winter, présentatrice de la cérémonie en 2000 et première à remettre un Award samedi avec Jacques Villeneuve (à Anastacia pour la Révélation internationale de l'année), TF 1 et NRJ ont eu la bonne idée de confier la présentation à un black, le comique québecois Anthony Kavanagh en l'occurrence qui, après un trac somme toute légitime, a rapidement trouvé ses marques en assurant son rôle de maître de cérémonies avec un style mariant de manière subtile sobriété, pertinence et humour.. Les heureux élus? Etant donné le système de vote, personne ne s'étonnera de voir au palmarès de cette seconde édition, les artistes, les groupes ou les tendances qu'on a le plus entendus en 2000 et qui, par conséquence, se sont aussi les mieux vendus.

Côté français, et sans aucune surprise, c'est la lolita Alizée qui raflé l' Award de la révélation de l'année. La troupe (?) des Dix commandements a reçu celui du meilleur groupe/troupe, Hélène Ségéra (recordwoman des ventes en Belgique) celui du meilleur album francophone pour Au nom d'une femme ou encore Roméo et Juliette comme meilleure chanson francophone. Enfin, grande première, c'est Pascal Obispo qui a été élu Meilleur artiste francophone.

Pour les artistes internationaux, la championne des nominations était Madonna qui était citée dans quatre catégories. Absente de la party malgré quelques fausses rumeurs et surtout beaucoup de faux espoirs de ses admirateurs, elle a raflé deux récompense: Award pour le meilleur album international (Music) et, récompense suprême, Award pour la meilleure artiste féminine internationale de l'année. La pétulante Anastacia est également repartie avec deux récompenses sous les bras: Révélation internationale de l'année et Meilleure chanson internationale pour I'm outta love.

Moby, présent pour sa part, a reçu la trophée du meilleur artiste international de l'année.