Musique Décédés, plusieurs artistes rencontrent à nouveau le succès grâce à leur(s) album(s) posthume(s)

Ce n’était un secret pour personne. En quarante ans de carrière, Prince, icône de la pop qui nous a quittés jeudi dernier à l’âge de 57 ans, n’a cessé de composer, laissant derrière lui un trésor inestimable de titres jusqu’ici non dévoilés. Ceux-ci dormiraient d’ailleurs dans une chambre forte située dans son complexe de Paisley Park, près de Minneapolis, sa ville natale.

Ces chansons verront-elles le jour dans les années à venir ? L’hypothèse n’est pas à rejeter quand on sait que la sortie d’albums posthumes est une pratique qui fonctionne généralement bien et fait, en quelque sorte, revivre les grands noms de la musique. Depuis sa mort jeudi dernier, Prince a déjà vendu plus d’un million de titres.

C’est ainsi que Michael, premier album posthume de Michael Jackson, a vu le jour en 2010, soit un an après la mort du roi de la pop. Même si les ventes de cet opus inédit ont déçu les producteurs, il faut relativiser : celui-ci s’est tout de même vendu à plus de 5 millions d’exemplaires à travers le monde en une semaine et est devenu disque de platine dans pas moins de 14 pays.

Il est d’ailleurs l’album le plus vendu de l’année 2010. L’interprète de Thriller reste d’ailleurs la célébrité défunte qui continue de gagner le plus d’argent - plus ou moins 180 millions d’euros par an - au monde, devant Elvis Presley dont les héritiers toucheraient 45 millions d’euros par année.

Parmi les albums posthumes qui ont connu un succès certain, on retrouve notamment Nirvana - MTV Unplugged in New York, le live acoustique culte qui, sorti quelques mois après la mort de Kurt Cobain, est devenu quintuple disque de platine Outre-Atlantique et double disque de platine en France.

Alors qu’il n’avait enregistré qu’un album (Grace en 1994) avant sa mort, Jeff Buckley, chanteur qui a trouvé la mort à seulement 30 ans, compte aujourd’hui plus d’une dizaine d’albums live, inédits et compilations en tous genres, classés parmi les albums posthumes les plus vendus de ces dernières années.

Enfin, on ne pouvait pas parler d’albums posthumes sans parler de ceux sortis après la mort de Jimi Hendrix - le dernier s’est écoulé à 400 000 exemplaires à travers le monde - et contenant des enregistrements studios jamais dévoilés au grand jour.