Musique Le chanteur mythique s'est éteint, à 94 ans, ce lundi. Le célèbre interprète de "La Bohème", alors en forme paradoxalement étincelante, s’était confié à nous il y a moins d'un mois, sur sa fin de vie et de carrière...

"Je m’endors partout", confessait d’emblée Charles Aznavour en quittant la salle de maquillage où il s’était en effet vite assoupi. Appuyé sur sa canne mais le sourire aux lèvres, il ajoutait : "Je ne m’endors pas encore sur scène mais ça peut encore arriver (sourire) !" Du haut de ses 94 ans et 70 ans de carrière, l’interprète de Je me voyais déjà sortait de convalescence suite à une vilaine chute à son domicile, en mai dernier. Celle-ci l’avait empêché de se produire durant tout l’été.

Mais la chute oubliée, Charles Aznavour était, début septembre, bel et bien de retour. Il devait être concert en Belgique le 26 octobre prochain, à Forest National. La vie ne lui aura pas laissé cette chance. Il nous disait pourtant, il y a moins d'un mois : "Au niveau santé, je n’ai toujours pas eu d’ennui. J’ai juste des brisures et ce n’est pas fini. J’ai mon bras cassé en trois endroits. Je continue donc à souffrir mais cela ne m’empêchera pas de chanter. J’ai de la patience et, en plus, je suis dur à la souffrance. C’est-à-dire que je ne vais jamais me plaindre que j’ai mal. Je n’emmerde pas le monde avec ça… J’ai mal et je souffre, mais c’est mon affaire."

Vous avez déclaré que vous seriez le premier centenaire qui continuera à chanter. Avez-vous déjà prévu une fête pour vos 100 ans ?

"Les autres me parlent de faire un stade de France ou la tour Eiffel mais c’est non. Je serai centenaire et c’est tout… On ne va pas aller plus loin (sourires) !"

Qu’aimeriez-vous qu’on retienne de vous ?

"Je veux qu’on retienne mes chansons. Pas toutes, mais quelques-unes. Car il y en a que je trouve moins importantes que d’autres… Si je les ai écrites, c’est que je les aime bien toutes. Il y en a juste certaines qui sont plus faciles et moi j’aime les chansons difficiles. J’aime écrire ce que les autres n’écrivent pas. Quand j’ai écrit une chanson comme L’instant présent , cette dernière n’a pas de sujet. Je viens aussi d’écrire une chose pour un acteur sur le bonheur. Mais le bonheur n’a pas de sujet. Cela paraît curieux, hein ? On dit le bonheur alors écrivez-moi le bonheur. Ben, j’ai mis du temps à savoir ce que c’était. J’aime les choses difficiles. Et plus c’est difficile, plus je me casse la tête et plus je suis heureux de la faire. Et, en même temps, je me dis : ‘ personne ne l’avait encore fait jusqu’ici ! Dans le monde entier, personne n’avait osé’. Or, il faut oser ! Oser, c’est apprendre au public des choses qu’il ne connaît pas, c’est violer son public mais dans un bon sens !"

Nana Mouskouri a récemment déclaré dans La DH qu’elle désirait finir sa carrière non pas en mourant sur scène, mais en coulisses. Et vous ?

"Oh non, moi, je ne veux pas mourir sur scène. Ça, surtout pas. Moi, je veux mourir dans mon lit. Avec ma famille autour de moi, mes enfants et tout le monde. C’est ce que mon père a eu. On était tous là. Celui qui lui tenait le bras, c’était son gendre et il a eu le dernier mouvement de bras de mon père. Moi, c’est cela que je veux ! Pourquoi mourir sur scène ? Pour faire plaisir à qui ? Déjà, ça ne me ferait pas plaisir à moi (rire) et encore moins à mon public."

Comparé à d’autres grandes stars, vous n’avez jamais sombré du côté obscur des choses, avec la drogue ou l’alcool. Serait-ce le secret de votre longévité ?

"Non. J’ai bu comme tout le monde ! J’ai fumé beaucoup aussi… J’ai simplement arrêté quand il fallait arrêter. Je sais m’arrêter. Dans toute chose, je sais m’arrêter, c’est ça le secret. Car quand on commence à boire, c’est fini. Celui qui a commencé par boire un petit verre à la fin du spectacle et puis un petit verre entre les chansons, il ne va pas loin. Je parle du point de vue santé, bien sûr. Non, moi, je suis un homme raisonnable et je vis raisonnablement. Mais je fais aussi beaucoup de bêtises car j’adore faire des bêtises. Et dire des bêtises aussi (rire) ."

Son dernier message vidéo adressé aux Belges :


Retrouvez notre dossier "Charles Aznavour, à tout jamais en haut de l'affiche", en cliquant ici.