Musique Fan et organisateur de concerts avec le sosie officiel de la star, Daniel vend aussi les vins découverts par Hallyday.

Daniel Bauweraerts a lui aussi pris la nouvelle de la mort de Johnny comme une claque en pleine figure. "Ma femme m’a réveillé à 7 heures et me l’a annoncé. Ça a été un choc. Ces dix dernières années, ma vie a été jalonnée de souvenirs liés à l’idole des jeunes."

Car outre sa passion pour le chanteur, Daniel a aussi vu sa carrière professionnelle marquée par Johnny. "Tout a commencé lors d’une rencontre avec le sosie de Johnny, Patrick Bonfort, qui chante le répertoire de la star en France et en Belgique. Une histoire d’amitié qui a débouché sur de nombreux concerts à Bruxelles et à travers le pays. Je me souviens qu’avec mon ami Wally, qui assurait la protection de personnalités et faisait aussi partie de l’équipe de sécurité lors de concerts à Forest National, nous avions embarqué Patrick Bonfort dans une limousine blanche. La voiture attirait bien entendu les regards, mais lorsque les passants voyaient qui était à l’intérieur, ils pensaient tous que c’était le véritable Johnny. C’est dans ces moments-là qu’on ressent tout l’amour qu’avait le public pour cette immense star. Aujourd’hui, tout le monde partage la peine de sa mort."

Daniel a aussi reçu de son ami Patrick un authentique gilet en cuir porté par Johnny qu’il a pu faire dédicacer quelques années plus tard. "Cela s’est passé en 2009, alors que nous escortions Johnny lors de son concert à Bruxelles. Il a gentiment accepté de me le dédicacer. C’est une pièce de collection que je conserve précieusement."

Et ce n’est pas tout, Daniel s’est aussi lancé dans le commerce de vins de stars. Parmi eux, le célèbre Terre d’Aumes, à Pézenas. "C’est le vin découvert par Johnny. J’ai visité le domaine il y a quelques mois. C’est là que Johnny aimait se ressourcer au calme quand il revenait en France. Pour moi, c’était comme une évidence et j’ai donc décidé de distribuer le vin en Belgique. Il n’en reste malheureusement que quelques centaines de bouteilles et, maintenant que Johnny est mort, elles vont s’arracher."

Dix années marquées par Johnny, l’organisation de concerts, de déplacements pour aller le voir en Belgique et en France ont fait de Daniel, ancien patron de bar où le rockeur était logiquement sur tous les murs, une personnalité proche du milieu de Johnny. Au point que de nombreuses connaissances l’appellent toute la journée pour partager cette peine. "On me demande aussi continuellement si je vais organiser un déplacement en car pour les funérailles. Mais tout cela est encore trop tôt, trop frais", conclut-il, ému par la triste nouvelle.