Musique

En Amérique du Nord, tout est XXL, au Canada comme aux États-Unis. À Montréal, les hamburgers sont géants, tout autant que les verres de soda ou les camions. Même le cirque ! Celui du Soleil, créé au milieu des années 80 par les artistes de rue Guy-Laliberté et Daniel Gauthier, est installé à quelques minutes du centre-ville, dans le quartier Saint-Michel, une zone précarisée. Depuis 1997, le colosse mondial y a construit son quartier général surnommé le Studio de création. C’est là qu’ont été conçus les dix-neuf spectacles qui tournent actuellement dans le monde, dont Totem qui débarquera à Bruxelles pour neuf semaines de représentation à partir du 30 août.

Situé en face de l’école nationale du cirque, le siège social du Cirque du Soleil est une ville dans la ville entièrement dédiée aux arts du cirque. L’ensemble s’étend sur 75.000 m², soit la surface de plus de dix terrains de football. Il y a là la Tohu, une salle capable d’accueillir les spectacles tels qu’ils sont présentés sous chapiteau. Mais aussi d’impressionnantes salles de répétitions dont le studio A/B qui, avec ses 23 mètres de haut et sa surface de 1.425 m², peut accueillir la scène entière d’un spectacle et abrite un trampoline composé de 38 km de câble métallique tressé. Ou encore, le studio E et sa fosse remplie de 25.000 blocs de mousse capables d’amortir la plus vertigineuse chute d’un acrobate. Il y a également un studio de danse, des bureaux, des ateliers à n’en plus finir, un gymnase accessible aux artistes comme aux employés, deux cantines, une bibliothèque abritant les ouvrages ayant servi pour créer ou inspirer les spectacles, etc. Le tout entouré de verdure et même d’un potager entretenu par les jardiniers du Cirque et dont les légumes sont servis lors des repas.

Au total, ce ne sont pas moins de 1.000 personnes qui travaillent quotidiennement dans cet immense complexe. Une fois franchie la porte d’entrée, c’est un véritable dédale qui attend le visiteur. Une fois passé devant la vitrine où trône la collection de trophées attribués au Cirque du Soleil, les couloirs s’enchaînent. Un peu partout, des tables sont installées. On y mange parfois, on y travaille souvent. On se croirait chez Google, sauf qu’ici on fait du cirque. Mais le plus sérieusement du monde. Parce qu’au Cirque du Soleil, on a le souci du détail, de la perfection. On ne laisse rien au hasard, c’est une question de qualité mais aussi, et surtout, de sécurité.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.