Musique

Dernière ligne droite du Dour Festival et, une fois encore, une dernière après-midi des plus réussies.

+ Zwangere Guy mon chéri

Sur le coup de 14h sonnait la charge de cette ultime après-midi. Et nous avions rendez-vous sous la Boombox avec Zwangere Guy. Jadis baptisé Omar G, l'homme a quitté ses acolytes de Stikstof pour se la jouer solo. Il y a deux week-end, à Couleur Café, le emcee (flamand) bruxellois avait provoqué la cohue durant le show rap intercommunautaire Niveau4 à chacune de ses entrées. Cette fois, il venait défier Dour en solitaire et remportait la palme sans difficulté. Bien épaulé, il est vrai par la clique décalquée du 77, déjà présente la veille et de retour ce dimanche pour un "Tourette" bien épicé.


+ Le beau Chassol

On aime Christophe Chassol d'amour. Si nous avons tardé avant de découvrir son talent, sa dernière plaque en date – "Big Sun" – nous a plus d'une fois envoûtés. Difficile de décrire l'univers du pianiste franco-martiniquais, tissé de jazz bien sûr, mais aussi de notes classiques, d'envies hip hop et d'ingrédients électroniques. Une mixture à laquelle on pensait le public du Dour Festival assez peu préparé. Mais nous l'avions visiblement surestimé. Assis derrière les touches noires et blanches et aux côtés d'un batteur plutôt doué, Chassol nous a littéralement envoûtés les écoutilles et séduits les mirettes avec ses visuels psyché et colorés. Une sieste sublime dont nous n'aurions jamais voulu nous relever.


- Parfois les guitares doivent gagner

Cela fait un moment qu'on entend parler de ce collectif rap montréalais. Une joyeuse bande dont les rimes nous ont aussi souvent fait rire qu'enthousiasmés. Mais, ce dimanche, ça ne l'a pas fait. Plutôt énergiques – voire excités – mais victime d'une sonorisation ratée, Alaclair Ensemble n'a pas pu nous offrir le show que l'on attendait. Du coup, c'est vers les guitares et l'électricité que nous avons bifurqués. Dans la caverne, c'est avec la guitare du génial Tim Vanhamel (Evil Superstars, dEUS, Eagles of Death Metal) et les décharges de Millionnaire que nous nous sommes consolés. Aussi percutant qu'au Bota il y a peu, voire un tantinet plus excités et pieds au plancher. Si le rock est mort, le rockeur limbourgeois l'a un peu vengé.