Musique

Après leur victoire en 2006 grâce au groupe de heavy metal Lordi déguisé en monstres, les Finlandais ont voté ce week-end pour le groupe punk PKN composé de quatre musiciens atteints de trisomie 21.

Sans surprise, Pertti Kurikan Nimipäivät (ce qui signifie en finnois “la fête de Pertti Kurikan”, Pertti Kurikan étant le nom du guitariste dans le groupe), dorénavant surnommé PKN, a remporté haut la main la finale en obtenant 37% des votes. Les membres du groupe espèrent sensibiliser les gens à leur handicap en faisant passer le message qu’il faut être courageux lorsqu’on est mentalement déficient.

Les Finlandais misent donc une nouvelle fois sur l'originalité sans vouloir tomber dans la pitié, comme a déclaré le bassiste du groupe Sami Helle au quotidien britannique The Guardian : "Nous nous rebellons contre la société mais pas de manière politique. Beaucoup de gens viennent à nos concerts, nous avons beaucoup de fans. Mais nous ne voulons pas que les gens votent pour nous par ce qu’ils sont désolés pour nous. Nous ne sommes pas si différents des autres, juste des gars normaux avec un handicap mental."

Pas des amateurs

Les membres ont la quarantaine, ils ont déjà sorti cinq EP (des disques contenant seulement quelques titres) et un album. Créée en 2009, la formation a été au cœur d'un documentaire, The Punk Syndrome, en 2012, qui a reçu de nombreuses récompenses. Ce documentaire racontait le quotidien du groupe et abordait les questions de l’intégration dans la société des personnes atteintes de maladies mentales. Par exemple, le départ du foyer parental pour un institut spécialisé, les relations amoureuses ou encore l’engagement dans la vie politique.

Ils interpréteront la chanson Aina mun pitää ("Chaque fois que je le dois"), qui traite du fait de se laver et de manger correctement et qui tient en 90 secondes. "Notre style, c'est le punk-rock. Nous n'en changerons pour personne car c'est comme ça qu'on est", a ajouté le bassiste du groupe.