Musique On la croyait perdue pour la chanson, terrassée par la maladie, mais voilà qu’elle revient aux affaires ! Et de quelle manière !

Quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’au début du mois de février, nous parvenait l’annonce d’un nouvel album de Françoise Hardy. Elle qui répétait à l’envi qu’elle tutoyait la mort en raison de la maladie (un cancer) ne paraissait plus en mesure de sortir d’une retraite dans laquelle elle s’était enfermée voici six ans. Une fin de carrière en catimini, comme on ne la souhaite à personne. C’était sans compter sur une improbable résurrection…

Personne d’autre est son vingt-huitième disque studio. Il contient douze titres truffés de mélodies et de mélancolie. Un vague à l’âme qui ne l’a jamais quittée toute sa carrière durant et qui révèle ici toute la sensibilité de l’artiste dont on ne peut que se réjouir du retour.

Et on ne remerciera jamais assez YouTube d’avoir contribué cette résurrection. Car c’est en fouinant sur la plateforme vidéo de Google que Françoise Hardy a trouvé de quoi lui redonner l’envie de composer et d’écrire. L’écoute du titre Sleep du groupe finlandais Poets of the Fall sert de déclic. Adaptée, la chanson d’invite sur le disque sous l’appellation Dors mon ange. Elle se réapproprie aussi Seras-tu là ? dans lequel Michel Berger s’adressait à Véronique Sanson. Une reprise sans tralala, dépouillée, qui révèle une fois de plus l’inestimable qualité de l’écriture de celui qu’on surnommait parfois l’implacable.

Michel Berger, Jacques Dutronc&Co.

Ce n’est pas la première fois que les pérégrinations de Françoise Hardy croisent le chemin du pianiste. En 1973, ils avaient collaboré sur l’album Message personnel dont le succès a contribué à relancer la carrière de la chanteuse. Ce n’est pas non plus la première fois qu’elle reprend Seras-tu là ? Il y a quatre ans, elle avait été sollicitée par Julien Clerc pour enregistrer ce titre au profit du Sidaction qui fêtait alors ses 20 ans. Une expérience qui n’a pas été des plus heureuse a-t-elle confié sur le plateau de l’émission Quotidien. Julien Clerc malade, elle n’avait pas pu entendre ses prises de voix. Mais quand elle a entendu la version finale, elle avait été déçue, a-t-elle confié à Yann Barthès : "C‘est Obispo qui produi­sait. Il aurait dû diri­ger Julien et je pense qu’il n’a pas osé le faire. C’est dommage parce que le résul­tat n’est pas à la hauteur de la chan­son. Moi ça me rend malheureuse, ce genre de choses". Les pendules sont désormais remises à l’heure sur Personne d’autre.

Jamais seule à la barre, Françoise Hardy a aussi su s’entourer pour ce nouvel album. Parmi les contributions, on note celle de La Grande Sophie (Le Large) ou encore You Are My Home que signe Yaël Naim. Et celle de François Ozon qui réalise le clip du premier single.

Quant à Jacques Dutronc, il s’invite dans les textes de Personne d’autre. Celui qui reste l’amour de sa vie s’invite aux détours des vers que chante celle qui partagea sa vie mais dont elle est séparée depuis de longues années déjà. "Je me suis souvenue de l’année 1967 où je guettais le moindre signe de Jacques et où lui en faisait peut-être autant vis-à-vis de moi, mais où les signes étaient si subtils que je ne savais pas sur quel pied danser", a-t-elle déclaré à l’AFP. "Cela nous a pris presque un an pour oser le premier pas. J’ai prévenu Jacques que j’avais écrit ce texte ( Personne d’autre, dont l’album titre son titre, NdlR) en pensant à notre histoire et lui enverrai l’album dès que possible."