Grand cru pour le BSF

Jean Bernard Publié le - Mis à jour le

Musique

La foule a répondu présent tous les jours, en particulier au Mont-des-Arts

BRUXELLES Avec un Magic Mirror qui a trouvé à la place du Musée l’écrin qui lui convenait, avec ses after parties ambiance Cotton Club très réussies au BIP, avec un Mont-des-Arts qui fait l’unanimité et avec un soleil plus que généreux, la 11e édition du Brussels Summer Festival peut être qualifiée de grand cru.

C’est finalement la place des Palais qui aura peut-être eu plus de mal à faire le plein de public, faute sans doute de noms ronflants; en tout cas vendredi et samedi, malgré les grands moments musicaux offerts par John Cale et Stephan Eicher. Par contre, la prestation d’Iggy and The Stugges, devant le palais royal, restera sans doute dans les annales du rock à Bruxelles.

Occupé pour la 2e année d’affilée, le théâtre naturel que représente le Mont-des-Arts a été définitivement adopté par le public, ce dont se réjouit le président du BSF, Philippe Close : “Je pense qu’on n’a pas encore tiré le meilleur du potentiel de l’endroit. L’an prochain, on déplacera la scène de sorte qu’elle fasse face au Mont-des-Arts, afin d’ouvrir encore l’espace de cet amphithéâtre. On a constaté qu’on a désormais affaire à des festivaliers, qui viennent pour quatre ou cinq soirées, mais aussi pour découvrir des groupes de chez nous; 50 % de la programmation est belge.”

Les organisateurs ont estimé à 105.000 le nombre de festivaliers. “Parmi eux, un tiers a acheté un pass de 10 jours, et deux tiers fonctionnaient au one day ticket, poursuit Close. “Certaines soirées, comme lundi avec les groupes Tribute to , qu’on prévoyait plus difficiles, ont cartonné. Le temps y est pour beaucoup. Vendredi, Shaka Ponk a mis le feu, comme Skip The Use et Pony Pony Run Run l’ont fait samedi.”

À l’avenir, conserver l’aspect accessible à tous sera le principal défi des organisateurs qui n’ont déploré aucun incident majeur. “L’édition 2013 est d’ores et déjà arrêtée du 9 au 18 août” , poursuit Philippe Close qui évoque enfin les soirées Classissimo, à la Bourse. “Entre 500 et 600 spectateurs sont venus apprécier ces concerts classiques dans un endroit qu’ils ne connaissent pas, et qui n’a clairement pas été conçu pour de tels moments musicaux. Mais spectateurs et artistes ont bien aimé l’expérience.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner