Musique Johnny avait alors été convoqué au tribunal pour outrage public aux bonnes mœurs.

Entre l’idole des jeunes et la Cité ardente, la vie ne fut pas toujours rose…

Entre 1966 et 1982, Johnny est en effet venu à onze reprises au Forum de Liège pour y donner des concerts, le tout dans une ambiance plus que torride. Et lors de son passage en 1972, les choses ont pris une tournure pour le moins étonnante.

"C’était incroyable !", se souvient Émile Destiné, ancien photographe de presse qui n’a raté presqu’aucun concert liégeois de Johnny.

"L’ambiance était assez nerveuse. À l’époque, il n’y avait pas de service de sécurité et c’était la police qui assurait le maintien de l’ordre. Les gens essayaient de monter sur la scène et à un moment, une bagarre a éclaté et un spectateur a été blessé."

La réaction de Johnny fut immédiate. "Il s’est arrêté de chanter et a baissé son pantalon, montrant ainsi ses fesses aux policiers !" Le concert fut alors interrompu.

Les choses n’allaient pas en rester là puisque les policiers ont alors dressé un PV pour outrage public aux bonnes mœurs. Le chanteur fut donc convoqué quelques mois plus tard au tribunal où il en fut quitte pour une sévère remontrance.

"Les concerts de Johnny, c’était toujours la folie. Comme je le disais, les services d’ordre n’étaient pas comme maintenant", continue Émile. "Les filles montaient sur scène et venaient l’embrasser. Et je dois bien dire que Johnny aimait cela. Il était assez tactile comme personne, surtout quand il était sur scène… Il était en tout cas fidèle à Liège puisqu’il venait pratiquement toutes les années, sans compter qu’il est venu au Country Hall de Liège et, bien sûr, aux Francopholies de Spa."

Côté privé, l’homme, semble-t-il, était toujours accueillant.

"Je l’ai photographié dans les loges du Forum, après un concert, c’était en 1974. L’endroit était assez basique. Il m’a reçu et m’a laissé faire mon travail avec gentillesse. Ce qui m’a toujours surpris, c’est sa simplicité. Lors de ses concerts, c’était une véritable bête de scène et en privé, il était d’une timidité maladive. Les journalistes qui faisaient son interview devaient véritablement lui tirer les vers du nez."