Musique La surprise du nouvel album: clin d'oeil de Passi, Stomy et Doc Gyneco

BRUXELLES La Vérité, le nouvel album de Johnny Hallyday, le dernier de sa collaboration de 45 années avec la firme de disques Universal, sortira le 7 novembre en éditions chères et seulement en janvier en boîtier normal. L'édition du 7 novembre est un digipack avec un livret de 32 pages. Il y aura aussi, en tirage limité et numéroté, une version en vinyle (deux disques). En outre, le 6 décembre, Universal sort le CD avec, en prime, un DVD contenant le making of de douze minutes de l'enregistrement. Ici aussi, l'édition est limitée (6.000 exemplaires).

Hier, par contre, quelques privilégiés ont eu l'opportunité d'une première écoute de l'album. Un album qui fait penser à la théorie de David Hallyday lorsque, lui-même, avait écrit un album pour son père (Sang pour sang, en l'an 2000): «Le ramener dans les rythmes de ses chansons des années 70». Avec Ma vérité, on y est tout à fait. Prenez une chanson (composée d'ailleurs par David) comme Affronte-moi et écoutez ensuite Voyage au pays des vivants, un des quatre titres du disque Que je t'aime (en 1969, lorsqu'on faisait des singles de quatre chansons), on est dans la même mouvance.

Prenez Clémence puis passez à Au secours, de 1977, rebelote.

Une autre chanson, Si tu pars, est créditée Chris Long (on suppose que c'est Long Chris, le copain de jeunesse de Johnny et son ex-beau-père puisqu'il est le papa d'Adeline), Tommy Brown et Micky Jones (c'est l'équipe de Je suis né dans la rue). Manifestement, cette chanson ne peut pas être tout à fait neuve puisque Tommy Brown est mort depuis vingt ans.

Les premières chansons rock de l'album, à commencer par la toute première, S'il n'est pas trop tard, ont un son très dur. Elles plairont à ceux qui ont adoré l'album Rough Town. Mais ce n'est pas ce qui a fait la gloire de Johnny.

On comprend qu'Universal ait choisi la deuxième chanson du disque, Ma religion dans son regard, comme premier single. Peu de chansons de Johnny ont été aussi bien interprétées, avant autant de nuances vocales. Pour ce disque, Johnny a fait appel à plusieurs auteurs célèbres pour les textes. Zazie, Muriel Robin... Chacun se demande comment écrirait Johnny et revient avec des idées redondantes.

Mon plus beau Noël, dédiée à sa fille Jade, sera probablement un grand succès. Mais les grands-mères de France et de Navarre l'achèteront, de préférence aux vrais fans.

Le petit bijou du disque, Le temps passe, est une collaboration de Johnny, qui chante en voix profonde et mélodieuse, avec les plus grands rappeurs français, ceux du projet Ministère AMER, Passi, Doc Gyneco et Stomy, qui commencent en rap le texte de base. Et quand Johnny chante Je ne regrette rien, ils reprennent en rap le texte d'Edith Piaf, Non Rien de rien Non je ne regrette rien. L'humour en plus!

© La Dernière Heure 2005