Musique Le succès a fait craquer Katie Melua, restée deux ans en dépression

Le succès, l’argent, la reconnaissance, tout le monde en rêve. Un peu comme le gros lot à l’Euromillions, tout en sachant que les chances de succès sont minuscules. Katie Melua, elle, a tout eu. Et très jeune. À 18 ans à peine, elle impose son premier album, Call Off The Search, tout en tête des ventes de l’année 2004. Onze millions d’exemplaires sont vendus. Elle peut donc acheter à ses parents une maison dans un des quartiers les plus chers de Londres.

Six ans plus tard, sa fortune dépasse les 20 millions €. "Je ne m’attendais pas à gagner autant d’argent, explique-t-elle aujourd’hui, à 32 ans, à The Telegraph. J’aimais juste être sur scène, chanter des chansons. C’est alors que les choses ont commencé à devenir vraiment dures."

Les ventes d’albums diminuent. Pour compenser, ses managers lui demandent de faire plus de tournées et d’albums. Pour tenir, elle fait la fête. "Je voulais tout expérimenter", dit-elle pudiquement. Jusqu’à ce qu’elle craque. "Soudainement, j’ai fait une crise psychotique." Elle sombre dans la dépression. Le traitement va durer deux ans. Aujourd’hui, elle a changé de maison de disques et de management. Elle a viré son entourage, se maquille et se coiffe elle-même. La gloire a failli l’abattre. Elle a réussi à se relever.