Musique

L'Orchestre du mouvement perpétuel sera sur scène le 21 janvier, au Botanique

BRUXELLES Peter Bultink, le chanteur chauve du groupe OMP, est arrivé, sourire aux lèvres, pour parler du nouvel album : The All and the nothing show. Un deuxième album pour le groupe métissé. "J'aime bien ne pas être pur, avoue Peter Bultink. Oui, je ne pourrais jamais faire de la chanson française car je n'ai pas cette culture. Pour moi, ça reste quelque chose de très exotique. Mais peut-être que je suis moi-même un truc exotique pour le monde ! (Rires)"

Ne vous compare-t-on pas à Arno ? Vous êtes tous les deux néerlandophones...

"Ostendophones ! J'ai beaucoup de respect pour l'artiste et sa carrière. Ce qu'on aime, c'est la force ! Tous les deux, on dit en français ce qu'on pense en ostendais ! Il y a des similarités mais ce n'est pas voulu, ni recherché."

Dans la chanson Tango pour maman, outre l'influence argentine du pianiste, on voit que l'avis de votre maman est important...

"C'est une chanson pour toutes les mamans du monde ! Je suis devenu papa l'année dernière. Chaque homme reste un enfant. Il veut montrer à sa maman ce qu'il sait faire ! Et quand on a l'approbation de sa maman, c'est gai ! J'aimais bien jouer avec cette idée du petit garçon que tous les hommes restent quelque part."

Pas trop stressé de remonter sur scène ?

"Non ! Quand on donne quelque chose d'authentique aux gens, ils répondent avec de la reconnaissance. C'est pour ça aussi que l'album s'appelle The All and the nothing show. C'est tout et rien ! Une perle pour moi peut ne rien valoir pour quelqu'un d'autre."

Infos : 02-218.37.32, www.botanique.be.



© La Dernière Heure 2008