Musique Blanche, très fière de sa quatrième place dans cette 62e édition remportée par le Portugal.

Dès 21 h, ce samedi soir, les Belges étaient tous derrière Blanche, jeune Liégeoise de 17 ans qui a défendu nos couleurs avec City Lights. L’ex-candidate de The Voice Belgique arrivera-t-elle à surmonter le stress qui la dominait lors de la première demi-finale ? Telle était la question que l’on se posait jusqu’à sa prestation.

Une fois sur scène, la chanteuse efface nos craintes en apparaissant plus détendue et sûre d’elle. Sa prestation séduit et lui fait atteindre la quatrième place du classement final, tout comme l’avait fait Loïc Nottet il y a deux ans. Les téléspectateurs ne sont pas pour rien dans cet exploit. Ils ont, en effet, été nombreux à offrir leur soutien à Blanche, de son vrai nom Ellie Delvaux. "Je voulais rentrer chez moi en étant fière de moi, et je l’étais. Terminer quatrième, c’est vraiment génial", confie la chanteuse au micro de la RTBF. "On ne se rend pas vraiment compte. C’est vrai que dans un concours, quand on n’est pas premier, on n’est pas satisfait à 100 %. Mais, il faut savoir prendre du recul : sur 42 pays, depuis le début, on est quatrième. Je suis donc très satisfaite et j’espère que les Belges le sont aussi."

Un vainqueur au grand cœur

À l’annonce des résultats, c’est la surprise. L’Italie, grande favorite de cette édition, croule sous les votes. C’est Salvador Sobral qui fait exploser le compteur. En quelques minutes, le Portugais s’impose dans le classement avec une longueur d’avance par rapport aux autres pays pour enfin être sacré grand gagnant de l’Eurovision 2017 avec 758 points, juste devant la Bulgarie et la Moldavie. Une première victoire pour le Portugal - tout comme lors de l’Euro de football l’année dernière - qui participe au concours depuis 1964.

Le crooner de 27 ans, en attente d’une greffe de cœur en raison d’une sévère insuffisance cardiaque, avait ému deux heures plus tôt le public et les téléspectateurs avec son mélancolique Amor Pelos Dois (Aimer pour deux). "C’est une victoire pour la musique, pour les gens qui font de la musique qui veut vraiment dire quelque chose. […] La musique, ce n’est pas un feu d’artifices, ce sont des sentiments. Essayons de changer cela et de revenir à la musique parce que c’est cela qui compte", a réagi le jeune homme aux cheveux longs qui, après avoir soulevé son trophée, a partagé le micro avec sa sœur, Luisa Sobral, auteur de l’émouvante chanson de la victoire. Un duo à en donner des frissons…


"J’étais aussi nerveuse que Blanche"

© Belga


Veronica Codesal, la chanteuse d’Urban Trad, se souvient de son passage à l’Eurovision en 2003

"La prestation de Blanche m’a beaucoup touchée. Elle était simple et sans chichi, mais avait une certaine puissance. J’ai adoré le final en particulier, qui était très réussi ." Si elle n’a pas regardé l’entièreté de cette 62 e édition de l’ Eurovision , Veronica Codesal, chanteuse d’Urban Trad, est tout de même rentrée à temps pour voir notre compatriote défendre nos couleurs avec City Lights .

Veronica Codesal comprend d’ailleurs très bien le stress qu’a pu ressentir Blanche pendant l’aventure. Les répétitions, la demi-finale, la prestation, l’attente des résultats, la chanteuse a, elle aussi, vécu tout cela en 2003, quand elle représentait la Belgique avec Sanomi , une chanson à la langue imaginaire et au son de cornemuse qui nous a valu la deuxième place du classement final. "Je me retrouvais beaucoup dans Blanche. Je me souviens que j’étais aussi nerveuse qu’elle lors de la finale. Cela s’est d’ailleurs vu lors des premières paroles de Sanomi", se rappelle la chanteuse, qui est également tombée sous le charme d’ Amar pelos dois , le titre avec lequel Salvador Sobral, représentant du Portugal, a gagné cette édition 2017. "Je suis Galicienne donc, évidemment, la voix du chanteur portugais m’a touchée. Il avait une telle authenticité. Je pense que c’est vraiment ça qui fait la différence lors de l’Eurovision."

Retour en chanson

Depuis une semaine, et deux ans après le single Interlude, Urban Trad est enfin de retour avec Devant toi, un nouveau titre estival en français avec lequel les deux chanteuses, Veronica Codesal et Soetkin Collier, sortent des sentiers battus. "On va dire qu’il y a de l’Urban mais qu’il y a surtout beaucoup de Trad", nous explique la chanteuse qui donne également des cours d’éveil musical. "Ce titre nous parle du bonheur, des simples petites choses de la vie et du fait de ne pas pleurer ce qu’on n’a pas."

Rendez-vous sur la page Facebook d’Urban Trad pour découvrir ses différentes dates de concert.