Musique L'album reprenant les tubes de ce groupe des années septante déjà disque d'or dix jours à peine après sa sortie

BRUXELLES L'Ultra Top l'a classé quatrième cette semaine, après Garou, Linda Lemay et Céline Dion. Mais avant Britney Spears, Henri Salvador, Lara Fabian ou la Starac'. Pas mal pour un groupe qui n'a sorti aucune chanson depuis près de trente ans.

«Nous sommes entrés à la 36e place dans l'Ultra Top la première semaine, explique Francis Derouf, chargé de faire revivre des anciennes gloires -connues ou non - de la chanson. Puis nous avons grimpé à la 4e place la deuxième semaine. C'est magique.»

Avec près de 20.000 albums vendus depuis sa sortie il y a moins de quinze jours, Crazy Horse , tous les tubes est déjà disque d'or. Un fait d'armes qui ravit les quatre musiciens de l'époque, qui avouent vivre ici une excellente expérience, «même si nous ne l'avons pas fait exprès», explique, un sourire large comme un 33 tours, Johny Fostier, la bête de scène du groupe.

Le premier tube de ce groupe de bal du samedi soir né entre Mouscron et Lille est apparu en 1971. Puis, un imprésario mouscronnois les a repérés. Une belle affaire puisque le groupe Crazy Horse a vendu environ deux millions d'albums en France et en Belgique avec, au maximum, sept titres.

J'ai tant besoin de toi, Ne rentre pas ce soir, De juillet jusqu'à septembre, Un jour sans toi, Ne laisse pas ma vie sans toi, etc., des titres mythiques pour une génération entière. Slows langoureux, mélodies populaires, le groupe Crazy Horse est de la même veine que les Franck Michael ou Frédéric François (du moins quand il était plus jeune). Nos parents ont adoré. Ce sont d'ailleurs eux qui achètent la compilation aujourd'hui.

«Dans les années 90, on avait réussi à relancer le groupe Crazy Horse en sortant deux compilations, précise Francis Derouf. Et ça avait très bien marché. On avait vendu près de 100.000 albums. Une compilation tous les 15 ans et ça marche toujours. La preuve que ça a marqué les gens.»

Un succès mérité pour les chanteurs, qui n'en reviennent toujours pas de l'engouement actuel. «A l'époque, on a sillonné la France, la Belgique, le Luxembourg, le Canada, etc. Ça m'a permis d'en vivre pendant 15 ans, explique Johny Fostier, qui ne peut plus sortir sans signer un autographe à Mouscron. Mais avoir du succès encore aujourd'hui... C'est magique. Par contre, je trouve dommage que nous n'ayons jamais reçu de retour de la part de notre ville.» Amateurs du genre ou non, cette compilation a des chances de faire une sacrée surprise à vos parents pour Noël!

Crazy Horse, tous les tubes (AMC).

© La Dernière Heure 2003