Musique

Alexandra Burke, 21 ans, gagnante de X-Factor en Grande-Bretagne, envahit les ondes. Rencontre

BRUXELLES On nous la vend, partout, comme la nouvelle diva anglaise du r’n’b. En vrac, on a pu ouïr, aussi, “nouvelle Beyonce” , “prochaine Rihanna” , “Lady GaGa version black”. Si le manque de nuances est frappant, on n’obtient pas pareille publicité sans un minimum de talent.

Il faut dire qu’Alexandra Burke, 21 ans, de sa voix en or, a charmé l’outre-Manche. La gagnante de la version britannique de l’émission X-Factor de 2008 part aujourd’hui à la conquête du monde, un album pop/r’n’b sous le bras : Overcome.

De passage à Bruxelles dans un bus V.I.P (lecteur blu-ray, canapé cuir, machine à café, frigo, salle de bains,…) dédié à sa gloire, comme en atteste l’immense sticker à son effigie sur la carrosserie, la jeune chanteuse nous en parle, intimement. Paradoxal, dans ce contexte qui sent l’esbroufe à pleines narines…

Vous voilà aux portes de la gloire. Tout cela grâce à l’émission ?

“Je ne suis pas naïve, je sais que c’est à X-Factor que je dois les choses merveilleuses qui m’arrivent. Je ne ferais pas l’erreur de certains de mes pairs : jamais je ne cracherai là-dessus. Mais je n’ai pas attendu l’émission pour chanter. En fait, je donne de la voix depuis que je tiens sur mes quilles ! Ça a commencé par des Bar Mitzvahs, des fêtes à l’école. Au fond, toute ma vie, je n’ai fait que chanter…”

Votre univers est varié : ça vole d’Hallelujah de Leonard Cohen, jusqu’au tubesque Bad Boys avec le rappeur bling-bling Flo Rida.

“Ce n’est que le reflet de ma personnalité. Il y a en moi une Alexandra très clubbeuse, qui adore se déhancher sur les sons hip-hop et r’n’b. Puis une Alexandra plus profonde, secrète, qui peut chanter seule, dans sa chambre, jusqu’à en pleurer. C’est la grande force de la musique : elle permet de véhiculer toutes les émotions. Quant à Hallelujah, ce titre résonne très fort en moi. Pas seulement parce qu’il m’a permis de gagner X-Factor, mais aussi parce que je proviens d’une famille très croyante. L’espoir de cette chanson est mon moteur.”

Franchement, entre nous : ce bus clinquant, cette promo massive, à 21 ans seulement, ça ne fait pas un peu too much ?

Désarçonnée, notre interlocutrice… fond en larmes. Elle s’excuse, s’éclipse, Kleenex à la main. Deux minutes plus tard, la voilà de retour, émue…

“Pardonnez-moi. Vous touchez une corde sensible. Bruxelles est la première ville de la promo, et vous êtes le premier à m’interroger. Ce n’est pas simple pour moi : j’ai l’impression de n’avoir rien fait de spécial pour mériter ces égards. Je ne peux que remercier le ciel, mes proches et ma famille. Et travailler deux fois plus, pour honorer la chance qui m’est offerte.”

Si vous deviez partager un duo avec une seule personne, dans toute l’histoire de la musique, pour qui opteriez-vous ?

“Whitney Houston. Toute jeune fille qui se rêve chanteuse a forcément, un jour, tenté I Will Always Love You… Ne fût-ce que sous la douche ! Puis, elle semble être une personne magnifique.”

Vous débarquez sur le terrain très fertile, et très occupé du r’n’b. Où il y a déjà Lady GaGa, Rihanna, Beyonce & Co.

“Vous ne m’entendrez jamais les critiquer : ce sont ces filles qui m’ont donné envie de faire de la musique. Et aujourd’hui, je n’ai pas le quart de leur aura ! Un jour, peut-être…”

Alexandra Burke, Overcome (Sony), disponible dès le 22 février.



© La Dernière Heure 2010