Musique Buzzera ou buzzera pas, Stanislas, coach dans The Voice Belgique, donne son avis sur la prestation chantée des Diables Rouges après le match qualificatif de ce mardi soir.

Première de son groupe dans les qualifications pour l’Euro 2016 en France, tête de série et enfin numéro un du prochain classement Fifa, la Belgique avait de quoi se réjouir hier soir suite au match qualificatif opposant les Diables Rouges et les Bleu et Blanc d’Israël.

Et, de fait, après 93 minutes de jeu, l’ambiance était au rendez-vous sur le terrain du stade Roi Baudouin. Nos joueurs belges, fiers de leur performance, se sont d’ailleurs laissés aller en poussant la chansonnette, au grand désespoir de nos oreilles. Amusant, certes. Mais également totalement faux et à la limite de faire vider les gradins en une fraction de seconde. Nos Diables Rouges semblent s’être découvert une nouvelle passion pour la chanson. Mais y a-t-il réellement de l’espoir ou est-ce perdu d’avance pour ces casseroles noir-jaune-rouge ? C’est la question que nous avons posée à Stanislas, compositeur-interprète français et coach dans The Voice Belgique.

"J’ai regardé et écouté avec attention l’audition de 3 nouveaux talents. "Assis, assis !" m’a-t-on ordonné. Je me suis donc assis dans mon fauteuil diablement rouge", explique Stanislas qui espérait secrètement tomber sur les successeurs du Stromae national.

Premier talent (Eden Hazard): "Je me retourne sur le timbre de voix, puissant, pas désagréable mais faux de bout en bout. On a du travail !"

Deuxième talent (Vincent Kompany): "Je me retourne sur l’énergie de l’artiste. Vous cherchez votre style, mi-rap, mi chant, mais votre présence met le feu. Je prends !"

Le troisième talent, Marc Wilmots, est, par contre, prié de rentrer chez lui: "Vous avez sans doute un univers, mais je crois malheureusement que vous devrez définitivement oublier cette voie et nous oublier cette voix." Ça a le mérite d’être clair…