Musique

Dadju, le petit frère de Maître Gims, truste le haut de l’Ultratop avec sa musique urbaine. Il sera aux Solidarités cet été.

"J’ai eu envie de faire un album solo pour voir jusqu’où je pouvais aller après 5 ans dans un groupe, confie Dadju qui faisait partie du duo The Shin Sekai et vient de sortir son propre album, Gentleman 2.0. Avec Abou, on est en suspens, c’est juste une pause nécessaire pour chacun. Lui aussi fait son chemin de son côté. C’est plus compliqué et dangereux en solo car si tu n’aimes pas la personne, c’est mort. Mais j’avais envie de prendre ce risque-là. Si on prend un mur, on prend un mur. Cela fait fait grandir et au moins, j’aurai essayé."

Pari réussi pour celui qui est devenu disque de platine en France en seulement cinq semaines. Son premier single, Reine, totalise plus de 130 millions de vues sur YouTube et Bob Marley en est à presque 80 millions. "Le succès, ça ne s’explique pas, poursuit le jeune homme de 27 ans qui réconcilie les gens avec la musique urbaine dont les sonorités et les textes échappent aux codes du rap. La base, c’est le travail. Et le plus important, c’est l’assurance. J’ai vraiment confiance en moi. Je ne peux pas être à 120 % si ce n’est pas le cas. C’est aussi être au bon endroit au bon moment."

Issu d’une famille de musiciens, vous avez vécu dans l’ombre de Maître Gims...

"Ce n’est pas facile de sortir de l’image de mon frère. On ne lâche juste pas (...)