Musique Dix ans après ses débuts, BB Brunes revient avec Puzzle, un 4e album plus pop que jamais.

Il est loin le temps des BB Brunes qui ne juraient que par le rock, un point c’est tout. Dix ans après la sortie de Blonde comme moi, leur premier album, cinq ans après Long Courrier, leur troisième, ils signent Puzzle, un disque dans lequel le groupe expose ses nouvelles influences. Synthés et beats électro s’invitent à une fête où sont également conviés les esprits des grandes figures de la chanson française : Christophe par-ci, Daho par-là, et quelques accents de Bashung parfois.

On a un moment cru que les BB Brunes, c’était fini puisqu’il y avait une aventure en solo. La fin était dans l’air ?

Félix Hemmem : "On ne s’est jamais séparés contrairement à ce que les gens ont lu et entendu dans les médias. Je ne sais pas pourquoi ils ont dit ça ! C’était une parenthèse. Adrien voulait faire un album solo et ça nous a permis à chacun de prendre du temps de notre côté."

Vous avez pris votre temps pour faire cet album. Pourquoi ?

Adrien Gallo : "On avait envie. On ne voulait pas faire une redite. Ça a signifié pas mal d’expérimentations en studio avant d’arriver au son dont on était fiers. Ça nous a pris 6 mois, c’est un vrai luxe."

Félix Hemmem : "Au début, on ne savait pas trop ce qu’on voulait faire et c’est pour ça aussi que ça a pris pas mal de temps. Il a fallu trouver le bon coréalisateur avec qui se lancer. Une fois que c’est parti, on a sorti les morceaux à toute vitesse."

Vous avez pris des risques sur cet album…

Andrien Gallo : "C’est vrai que pour Louis Sommer et moi, c’était une première de coréaliser un disque. Je l’avais déjà fait sur mon album solo mais c’est tout. C’est une grosse prise de risque mais c’est ça qui est excitant. Sinon, on s’ennuie, on est dans une sorte de confort qui est plutôt malsain. Pour progresser, il faut prendre des risques."

Félix Hemmem : "C’est aussi une façon de se réinventer et d’oublier le passé. C’est une manière de surprendre les gens tout en nous surprenant nous-mêmes."

Qu’est-ce qui a changé dans votre musique ?

Félix Hemmem : "Il y a toujours un format pop et des mélodies qui accrochent, c’est notre marque de fabrique. Mais le son, la façon dont la musique est produite a changé. C’est la première fois qu’on a fait un album dans un petit studio. La manière de faire a aussi été plus minutieuse, plus léchée, alors qu’avant, c’était très live. On s’est également mis à explorer les synthés, les boîtes à rythme, des instruments auxquels on n’était pas habitués."

Bérald Crambes : "À nos débuts, notre musique était plus pop-rock garage, plus brute. Aujourd’hui, elle est plus subtile et moderne."

Ça signifie que vos goûts musicaux ont évolué ?

Félix Hemmem : "C’est vrai qu’on a écouté plein de trucs. Personnellement, je me suis mis à la techno et à la house, ce qui n’a rien à voir avec BB Brunes. On se nourrit de tout ce qui a autour de nous, c’est important. J’adore les synthés alors qu’à l’époque, je ne jouais et je ne jurais que par la guitare. Il m’était impossible d’envisager de faire un album avec du synthé !"

Adrien Gallo : "Moi, c’est l’album Orange de Frank Ocean, les derniers de Drake, ceux de Christophe et de PNL… Kendrick Lamar ! C’est loin de nous, hein !"

À quoi faut-il s’attendre sur scène ?

Adrien Gallo : "Le cahier des charges du groupe, c’était de faire des chansons qui envoient sur scène et sur lesquelles on va pouvoir s’éclater. On va essayer de restituer les choses au plus proche de l’album, mais je pense que ce sera encore plus énergique. C’est le défi."

Vous serez les 23 mars à l’AB. C’est une salle que vous appréciez ?

Adrien Gallo : "On a déjà joué plusieurs fois à l’AB et c’est une salle qu’on adore. Le public belge est un super public. On l’adore parce qu’il y a une chaleur, une proximité et une simplicité qu’on apprécie d’autant plus quand on habite à Paris. Depuis le début, on a toujours eu un bon accueil en Belgique. Quand on sait qu’on a des dates chez vous, on est contents. Ça nous change d’air et on fait de belles fêtes après le concert."

Interview > Charles Van Dievort

En savoir plus

Album : Puzzle, Warner | En concert à l’AB, le 23 mars. Tickets : www.abconcerts.be

"Les plus grandes stars sont les gens les plus simples"

Parmi les nombreuses rencontres que les BB Brunes ont pu faire depuis qu’ils sont sur le circuit, figure Jack White. "On l’a rencontré en tournée et on a pu papoter avec lui, tous assis autour d’une table. C’était cool, j’en ai un bon souvenir", confie le guitariste Félix Hemmem. "Ça impressionne au départ, mais une fois qu’on se pose et qu’on parle, on constate que c’est un gars super cool. Il m’a serré la main en me disant À propos, je suis Jack . Je le savais très bien ! (rires)" "On se rend compte que les plus grandes stars sont les gens les plus sympas et les plus simples", enchaîne Adrien Gallo. "Il y a quelque chose de classe qui émane d’eux. Je n’ai jamais été déçu par la rencontre avec quelqu’un dont j’aime la musique."