Musique Sorti vendredi, Le choix du fou devrait être le dernier album du chanteur.

Michel Sardou, c’est 50 ans de chanson, une dernière tournée en cours et un ultime album, le 25e, qui est sorti vendredi. Le choix du fou, avec ses 10 chansons, met donc un point final à une carrière en musique qui est loin d’avoir laissé indifférent.

Si l’interprète des Lacs du Connemara fait partie des vedettes les plus populaires - en témoignent plus de 100 millions d’albums vendus -, nombre de ses chansons ont aussi provoqué la polémique à leur sortie parce qu’elles abordaient des questions de société, celles qui souvent divisent. On ne se refait pas à 70 ans et Michel Sardou récidive avec San Lorenzo, un titre dans lequel il se glisse dans la peau du pape François, ou Qui m’aime me tue consacré à l’euthanasie, un sujet bien plus touchy en France que chez nous.

Cela faisait 7 ans que Michel Sardou n’avait plus sorti de disque. Si celui-ci est court - à peine plus d’une demi-heure - il n’en démontre pas moins tout le talent de l’artiste. Entouré par des fidèles, notamment Pierre Billon, son auteur fétiche des années 70-80, qui n’était plus de la fête depuis un moment, Sardou chante l’amour vivant (Je t’aime) et celui qui s’évapore (Et alors !), rend hommage à l’inconnu des plateaux de cinéma (Le figurant) comme au médecin de campagne. Il sort aussi de sa zone de confort avec le surprenant J’aimerais savoir à l’efficacité si redoutable qu’on en viendrait à croire que c’est un tremplin pour un prochain album.

Mais voilà, le mot d’ordre est clair. "Vous m’oubliez !", a-t-il déclaré cette semaine sur l’antenne de RTL France à l’adresse de sa maison de disques. Il le jure, il n’y aura pas de come-back dans deux ans car c’est désormais sur les planches des scènes de théâtre qu’il entend prendre son plaisir. "J’ai les cartes en main et c’est ma formation, nous confiait-il en juin dernier. Il y a des rôles à jouer, plein. Là, ils sont en train de m’écrire un truc pour après la tournée d’adieu. Puis, j’ai deux projets que je veux mener à bien. Mais d’abord, il faut que je m’impose avec le rire."

Quant à une place pour la postérité, il la balaye du revers de la main : "Dans 30-40 ans, on ne s’en souviendra plus du tout." Il n’est pas dit qu’il a raison sur ce coup-là. Il suffit de voir la popularité que conserve sa chanson Les lacs du Connemara auprès des étudiants, chez nous comme en France, pour comprendre qu’il n’est pas prêt d’être oublié.

Sachez encore que Stéphane Bern consacre au chanteur son émission Le dernier show, à voir sur France 2 ce soir, à 20 h 55.