Musique

Il avait influencé toute une génération de jazzmen et joué avec des légendes comme Herbie Hancock, Ornette Coleman, John Coltrane, Quincy Jones et Sonny Rollins


LOS ANGELES Le trompettiste américain Freddy Hubbard est décédé lundi, à l'âge de 70 ans. Grammy du meilleur disque de jazz en 1972 pour son album «First Light», Freddy Hubbard est mort à l'hôpital Sherman Oaks de Los Angeles, un mois après une crise cardiaque, le 26 novembre, a annoncé son manager, le trompettiste David Weiss, membre du New Jazz Composers Octet.
Sa carrière commence en 1958, à son arrivée à New York. Il arrive de sa ville natale, Indianapolis (Indiana, Nord-Est du pays), où il a étudié au conservatoire musical Arthur Jordan. Il participe à l'épopée des Jazz Messengers aux côtés d'Art Blakey.

Dans les premiers enregistrements de Freddy Hubbard, comme «Open Sesame» ou «Goin'up» chez Blue Note, en 1960, l'influence de Miles Davis est évidente. Par la suite, il s'émancipe de son maître, forge son propre style et entraîne les plus grands derrière lui.

Wynton Marsalis a rendu hommage à «son gros son», «son sens du rythme et du tempo», «sa joie de vivre» et «son jeu exubérant», au cours d'un entretien avec l'Associated Press cette année.

Freddy Hubbard a joué dans plus de 300 enregistrements. Son impressionnante trompette fougueuse, flamboyante, aux sonorités plus aiguës et plus rapides que jamais, a conquis la scène mondiale.

Il aura voyagé sur plusieurs lignes musicales, du hard bop au free jazz, en passant par le free bop et le smooth jazz. Il a signé son album le plus connu dans les années 70, «California Concert», où ses improvisations sensationnelles résonnent encore aujourd'hui.

© La Dernière Heure 2008