Musique

COMPILATION

Les singles d'Eminem

Universal publie en édition limitée un superbe coffret rassemblant tous les singles du rappeur blanc de Detroit agrémentés d'un single inédit, Wanksta. Tous les singles sont repris dans leur pochette originale et abritent tous les titres (B sides, remixes compris) qui y figuraient à l'origine.

Eminem, The singles (Universal).

Les voix de la soul


Un double CD qui regroupe les plus belles voix de la soul d'hier et d'aujourd'hui. Sur le premier volume, on retrouve les incontournables Aretha Franklin, Marvin Gaye, Otis Redding, Ben E. King ou encore Bill Whiters. Sur le second, les femmes sont essentiellement à l'honneur avec Beyonce, Erikah Badu, Jill Scott, Ms Dynamite, Angie Stone ou encore Des'ree. Dommage que la sélection se limite aux tubes les plus connus de ces interprètes et que certains titres soient coupés trop brutalement avant la fin (cf. Think d'Aretha Franklin et (Sittin'on) The dock of the bay.

Les voix de la soul (Sony).

Les perles de Ninja Tune

Réputé pour son élitisme classieux, ses soirées thématiques et son travail de défrichage sur les scènes hip-hop et électronique, le label anglais Ninja Tune n'avait jamais sorti de compilation. C'est désormais chose faite avec Zen, a Ninja Tune retrospective. Et le moins qu'on puisse écrire, c'est que Ninja Tune n'a pas fait les choses à moitié puisque deux doubles CD et un DVD sont commercialisés simultanément. Le premier double CD constitue un excellent résumé avec les titres les plus fédérateurs des figures de proue du label: Coldcut, Amon Tobim, DJ Food, The Herbaliser, Cinematic Orchestra, Kid Koala, Funki Porcini ou encore DJ Vadim. Le second double CD regroupe des versions remixées et parfois plus dispensables. Enfin, le DVD propose une sélection de clips et de vidéos rarement diffusés (ou bien à heure tardive) sur les chaînes musicales. Ce DVD est enrichi d'un remix audio exclusif. Bref, trois objets incontournables et dont le charme intemporel séduira les amateurs de musique soucieux de sortir des sentiers battus.

Zen CD, Zen RMX et Zen TV, A Ninja Tune Retrospective (Ninja Tune, PiaS).

LIVE

Les derniers shows de Rage

Les 12 et 13 septembre 2000, Rage Against The Machine donnait ses deux derniers shows avec son chanteur Zach La Rocha. Ces deux concerts du Grand Olympic Auditorium de Los Angeles sont résumés en un CD produit par Rick Rubin. Tous les titres de bravoure du combo militant se retrouvent dans des versions flamboyantes (Bulls on parade, Bullet in the head, Killing in the name, Bombtrack ,...). A ranger à côté du DVD Live in Mexico paru fin 2002.

Rage Against The Machine, Live at the Grand Olympic Auditorium (Sony).

ROCK

Korn à la peine

Les parrains de la scène nu metal sont à la peine avec ce huitième album. Take a look in the mirror montre en effet une sérieuse panne d'inspiration dans le chef du leader Jonathan Davis qui éprouve toutes les peines du monde à varier les thèmes de ses compositions. Techniquement, l'album du combo est une fois de plus produit de main de maître et il offre çà et là quelques décharges rythmiques impressionnantes. Mais, dans l'ensemble, Take a look in the mirror ressemble dangereusement à un chant du cygne du groupe de Bakersfield qui s'était déjà montré très décevant avec The Untouchables.

Korn, Take a look in the mirror (Sony).

Le retour d'Offspring

Deux ans après Conspiracy of one, les milliardaires punks reviennent à l'assaut avec Splinter. Sans se prendre le chou, The Offspring se montre à la hauteur de sa réputation avec des morceaux nerveux et aux refrains entêtants à l'instar de Neocon, The noose, Long way home, (Can't get) head hangover ever et du reggae/ska (The worst hangover ever). Douze morceaux pour 32 minutes de musique qui n'a pour unique prétention que celle de vous divertir.

The Offspring, Splinter (Sony).


SOUNDTRACK

Le remake de Massacreà la tronçonneuse

Le film n'est pas encore sur nos écrans, mais la B.O. est déjà disponible. A film trash, il fallait un soundtrack bien trash. La liste des invités suffit à donner la nausée: Morbid Angel, Pantera, Seether, Mushroomhead... Nous ne sommes pas ici pour rire. Ça secoue les tympans et c'est bien le but...

The Texas Chainsaw Massacre (Edel).

© La Dernière Heure 2004