Musique Un premier inédit de George Michael a été dévoilé. Des sorties posthumes sont aussi annoncées pour d’autres artistes

Le décès inopiné de George Michael le 25 décembre dernier a pris tout le monde de court. Victime d’un affaiblissement du muscle cardiaque, sa disparition avait provoqué une intense vague d’émotion bien que le chanteur s’était éloigné de la scène musicale suite à différents problèmes.

Jeudi matin, moins d’un an après sa mort, la BBC a dévoilé un titre inédit du chanteur. Ou plutôt une version inédite d’un titre peu connu de sa discographie puisqu’il s’agit de Fantasy, face B de Freedom ‘90 sorti en 1990 (il apparaît aussi sur la version Deluxe de l’album Faith commercialisée en 2011).

Initialement prévue pour figurer sur Listen Without Prejudice Vol. 1, la chanson s’était mystérieusement égarée au moment de boucler le disque avant de refaire surface au début de l’année dernière. Travaillant sur une version Deluxe de ce disque, l’ex-chanteur de Wham ! avait décidé de faire de ce morceau le premier extrait en single de cette édition collector.

La version originale de Fantasy était déjà très funky, la nouvelle l’est encore beaucoup plus. C’est là toute la magie de la guitare de Nile Rodgers (du groupe Chic) à qui George Michael avait demandé de booster la chanson. Et les paroles de cette version 2017 sont également en partie différentes de celles de 1990.

La bonne nouvelle pour les fans du chanteur, est que ce single annonce - enfin ! - l’arrivée de l’édition Deluxe de Listen Whithout Prejudice Vol. 1 qui sera disponible à partir du 20 octobre. Avec, peut-être, son lot de vrais inédits cette fois.

Contrairement à Prince, George Michael n’a pas la réputation d’avoir stocké des tonnes de musique non publiée. Et pourtant… Avant sa mort, il travaillait sur de nouveaux morceaux avec le producteur britannique Naughty Boy. Celui-ci affirme être en possession d’un inédit qu’il qualifie d’extraordinaire. Il se pourrait même qu’il ait entre ses mains tout un album.

D’après la presse britannique, George Michael aurait laissé, au moment de sa mort, au moins trois disques complets, dont The Trojan Souls, un album aux accents R’n’B commencé au début des années 90 et interrompu suite au décès de son compagnon de l’époque et ses déboires juridiques avec la maison de disque Sony. On se prend à rêver d’un jour voir ces enregistrements devenir publics car George Michael avait collaboré avec des pointures pour ce projet : Stevie Wonder, Elton John ou encore Janet Jackson.

Après Prince et David Bowie ces derniers mois, d’autres albums posthumes ou titres inédits sont annoncés pour plusieurs artistes. C’est le cas pour Motörhead qui sort ce mois-ci un disque de reprises.

Où sont passés les inédits de Michael Jackson ?

Après Michael sorti en 2010 et Xscape paru quatre ans plus tard, un nouvel album posthume de Michael Jackson est annoncé pour le 29 septembre sous le titre deScream. De nouveaux inédits à se mettre sous la dent même si les précédents n’étaient pas franchement à la hauteur ? Pas du tout. Il s’agit d’une compilation de 13 des titres les plus emblématiques du King of pop. Seule nouveauté : le mash-up Blood on the Dance Floor X Dangerous réalisé par le duo The White Panda. Pourtant, des inédits de Michael Jackson, il en existe. En juillet dernier, tout un disque contenant 9 morceaux jamais publiés proposés aux enchères sur une plateforme spécialisée. Mais la vente n’a jamais eu lieu, du moins pas en public. On sait aussi qu’au moment de sa mort, en 2009, le Roi de la pop travaillait sur plusieurs morceaux eux aussi restés inconnus à ce jour. Il y a deux ans, Michael Durham Prince, l’ingénieur du son de la popstar, a affirmé que son ordinateur contenait une vingtaine d’inédits inachevés. Il avait évoqué la possibilité de les dévoiler à raison d’un titre tous les six mois. On attend toujours…

Jimi Hendrix, le roi des disques posthumes

S’il est un coffre aux trésors qui a été bien exploité depuis des décennies, c’est celui qu’a laissé Jimi Hendrix. Lors de sa mort le 18 septembre 1970, la discographie du génial guitariste ne comptait que trois albums studio et un live.

Quarante-sept ans plus tard, cette dernière s’est considérablement étoffée grâce à la société Experience Hendrix LLC chargée depuis 1995 de gérer l’héritage du musicien. Au total, pas moins de douze albums posthumes ont été publiés, dix-neuf enregistrements live et vingt-six compilations en tous genres. Pour le meilleur parfois, pour le pire un peu trop souvent.

Et la source n’est pas prête de se tarir. En 2014, les héritiers de Jimi Hendrix ont remporté une bataille juridique longue de dix années menée contre PX Records avec qui l’artiste était sous contrat en 1965. À la clé, 88 sessions d’enregistrements datant de 1965 à 1967. Un premier disque contenant une partie de ces précieux témoignages musicaux est sorti en 2015, d’autres ne manqueront pas de déferler dans les prochaines années.

Même mort, Chris Cornell la joue Cash

Autre exemple de trésor exhumé après la disparition d’un artiste, la sortie à venir d’un album de poèmes de Johnny Cash basé sur des textes découverts après le décès du chanteur américain en 2003, et publiés dans le recueil Forever Words : The Unknown Poems paru en 2015. Ils ont été mis en musique et plusieurs personnalités dont Chris Cornell, le chanteur de Soundgarden qui s’est suicidé le 17 mai dernier, ont prêté leur voix pour l’enregistrement. Ce n’est pas un secret, Johnny Cash était un grand fan du groupe dont il a repris le titre Rusty Cage.