Musique Celui à qui les jeunes filles rêvent? Maxim Nucci! Musicien, chanteur, acteur et compagnon de Jenifer

BRUXELLES Une belle gueule, une belle voix, un naturel et un romantisme pile poil dans les attentes des adolescentes: Maxim Nucci est LA star de cette fin d'année. Et puis c'est le compagnon de Jenifer, à qui il a déjà fait un bébé, Aaron, qui aura un an le 5 décembre.

De passage à Bruxelles pour la promo du film musical Alive (il y est à l'affiche au côté de Richard Anconina et en a signé la B.O.), ce Parisien de 25 ans a réagi à des mots clefs avec simplicité et sympathie. Exactement comme Jenifer. Sa «p'tite femme », comme il dit...

Musique: «Comme mon personnage dans Alive (sortie ce 20 octobre, NdlR), je n'ai jamais voulu être chanteur. Quand j'étais petit, mes seules idoles étaient des musiciens de studio. A 6 ans, j'ai commencé par apprendre le piano, et puis très vite ça a été la guitare. Et, à partir de là, j'ai su que je voulais devenir musicien. Ma mère a été directrice de la communication à RTL 2 et Fun Radio, mon père est producteur et éditeur indépendant (il s'est notamment occupé de Phil Barney, NdlR), et donc j'ai toujours baigné dans un environnement artistique. Mais côté backstage. Il y a des années, j'ai pu rencontrer l'une de mes idoles de l'époque, Steve Lukather, le guitariste du groupe Toto. Ce mec a un C.V. de la mort! »

Le nouveau Bruel? «Il y a pire comme comparaison (rire). Avoir la même carrière que Bruel, c'est tout le mal que je me souhaite. Qu'on l'aime ou non, il faut reconnaître que c'est un bel artiste. En même temps, il n'y a qu'un seul Patrick Bruel et un seul Maxim Nucci. Lequel, après, vaut ce qu'il vaut... (rire)»

La Starac'. «Franchement, si ça s'était présenté, j'aurais participé à cette émission. Mais comme, à 17 ans, j'étais déjà sous contrat comme compositeur, je n'en ai pas eu besoin, entre guillemets. On critique pas mal la Starac' et je trouve ça nul. Dix-sept millions de gens la regardent et ce ne sont quand même pas 17 millions de cons! D'autre part, il faut arrêter de croire que les jeunes qui y passent n'avaient aucun parcours avant. Jenifer est montée à Paris à 16 ans, elle avait déjà fait des pianos-bars, enregistré des maquettes, démarché auprès de maisons de disques et essuyé des refus. La Starac ' n'est qu'un tremplin médiatique.»

«Je suis très fier de Jenifer»

Jenifer. «Je suis très fier d'elle mais, forcément, je manque de recul (rire). Et puis j'aimerais profiter de cette interview pour rassurer tout le monde: Jenifer va très bien! Il ne faut pas croire ce que raconte une certaine presse! 80% de ce qui s'y trouve, c'est des conneries!»

Les journaux people. «L'an dernier, quand un magazine a écrit que j'avais quitté Jenifer alors qu'elle était enceinte et que notre môme était un accident, ça m'a fait extrêmement mal. Je passais pour un connard auprès de millions de gens...»


Un mariage? «Jenifer et moi aimerions nous marier mais, pour être tout à fait honnête, le harcèlement médiatique nous refroidit un peu. A nouveau... Je ne connais pas Patrick Bruel mais quand je vois à quel point l'intimité de son mariage - dans un lieu saint, en plus - a été violée (il fait allusion aux clichés publiés récemment dans Voici, NdlR), je suis scandalisé. A la vue de ces photos, j'ai vraiment eu les boules pour lui. D'autant que je savais qu'il avait tout fait pour éviter ce genre de débordement, en envoyant des SMS discrets à ses invités douze heures à peine avant la cérémonie.»

Album perso. « Mon premier CD solo sortira en février. On l'enregistre en partie au studio ICP à Bruxelles. Il suit la voie tracée par le single La cour des anges. Intime. Mais il n'aura pas beaucoup de chansons d'amour.»

Alive, en salles ce mercredi 20 octobre. Bande originale du film chez Universal.

© La Dernière Heure 2004