Musique Metallica se produit mercredi et vendredi au Sportpaleis d’Anvers .

Il est bien loin le temps où Metallica ouvrait les concerts de Saxon pour la modique rétribution de 16 $ au début des années 80 ! Le groupe américain s’est désormais habitué à se produire sur la scène de stades ou de festivals. Pour cette tournée WorldWired Tour qui s’arrêtera ces mercredi et vendredi en Belgique au Sportpaleis d’Anvers, les métalleux de la Bay Area ont, cette fois, décidé de se produire dans des salles de concert plus modestes afin de privilégier une relation plus intimiste avec leurs fans. Metallica ne s’est d’ailleurs plus produit dans une salle belge depuis le 5 mars… 2009 !

Six semaines avant leur passage dans la métropole anversoise, soit le 14 septembre dernier, La DH s’est rendue en Allemagne pour pouvoir apprécier de quel bois se chauffaient les quatre Horsemen. En privilégiant les membres de son fan-club en leur réservant les premières ventes des places quelques jours avant la vente au public, les musiciens de Metallica se sont assuré un soutien appréciable puisque toutes les dates de cette tournée européenne ont affiché sold-out en l’espace de quelques minutes; raison pour laquelle certains concerts, comme ceux d’Anvers et de Cologne, ont été doublés.

Fort de ce soutien d’initiés, le groupe a concocté une setlist composée de titres qu’il n’a plus interprétés sur scène depuis près de quatre ans comme la reprise de Queen, Stone Cold Crazy. Et comme cette setlist est différente à chaque concert, il y a fort à parier qu’Anvers aura aussi droit à son lot de surprises…

Sur une scène plantée au milieu d’une salle surmontée de quelque 200 écrans disséminés en hauteur sur 54 cubes, Metallica en aura mis plein les mirettes à un auditoire en délire lorsque le groupe a entonné Seek&Destroy, For Whom The Bell Tolls, Creeping Death ou autre Master Of Puppets. Appuyés par un jeu de lumières efficace et quelques effets pyrotechniques, les quatre musiciens ont arpenté la scène rectangulaire dans tous les sens permettant ainsi à chacun de profiter au maximum du spectacle et de l’énergie déployée par James Hetfield et ses acolytes.

Certes, les musiciens ont fait la part belle à leur nouvel album Hardwired… To Self-Destruct (Universal) avec pas moins de 6 titres extraits du dernier opus (Hardwired et Atlas, Rise en ouverture, Now That We’re Dead, Dream No More, Halo on Fire, Moth Into Flame). Mais ils auront aussi veillé à récompenser les die-hard fans en jouant les incontournables Sad But True et un exceptionnel One appuyé par les images du clip diffusées sur les écrans. Et Metallica n’a pas oublié qu’il devait sa notoriété au succès de Nothing Else Matters et d’Enter Sandman interprétés en rappel d’un show qui aura duré plus de 2 h 15… Le temps ne semble décidément avoir aucune emprise sur ce groupe qui célèbre pourtant sa… 35e année d’existence.