Musique

Henri Salvador n'a jamais reconnu son fils, le célèbre photographe

BRUXELLES Jean-Marie Perier a toujours été persuadé que Jacqueline Porel était sa mère et François Perier son père. Normal, c'est comme ça qu'étaient les choses. Du moins, jusqu'en 1956, où il apprend par un amant de sa mère que son père n'est pas son père. "Ton père, c'est lui", lui dit-il en lui montrant un album d'Henri Salvador. Jean-Marie a 16 ans et le ciel lui tombe sur la tête.

À la sortie de son livre (Enfant gâté, paru en 2001) dans lequel il raconte son parcours, le célèbre photographe avait confié à la DH que sa mère, "Jacqueline Porel, était déjà enceinte quand Henri est parti à l'armée. Mais elle l'ignorait. Elle a ensuite rencontré François et, à ma naissance, a tout de suite vu que je n'étais pas de lui ! En 47, Henri a appris la vérité et a appelé François qui lui a dit : Si tu t'approches de Jean-Marie, je te tue. Ils ont alors conclu un accord et ont pu continuer à être les meilleurs amis du monde. À mes 16 ans, c'est moi qui ai abruptement été mis au courant et, quand j'en ai parlé à mon père (François), il avait oublié. Et s'est effondré en larmes".

Jean-Marie et Henri ont établi des liens amicaux, bien plus tard. "Depuis lors, les choses se sont détendues et on est devenus potes", expliquait-il alors. Mais cela n'a pas duré. Pour une raison inconnue du grand public, Salvador, qui n'a jamais reconnu son fils, a cessé de lui parler. Perier, il y a deux ans, confiait avoir l'impression d'avoir "à nouveau la tête sous l'eau." "Il m'ignore et dit de moi des choses désagréables dans les médias. C'est une histoire triste. Tant pis pour lui, il passe à côté de mes enfants", avait conclu le photographe.



© La Dernière Heure 2008