Musique Philippe Katerine, le chanteur fantasque de Louxor, j’adore, s’est confié sur ses nouvelles pulsions dont son futur rôle dans Le Petit Spirou.

"Je ne suis pas un réfléchi dans la vie ni un impulsif, confie le dandy dadaïste de 47 ans. Même si tout rapport humain est compliqué, même avec moi-même."

Celui qui semble aussi barré dans la vie (en promotion pour son nouvel album, hier, il avait oublié ses papiers d’identité) qu’en chansons (La Banane, Des Bisoux ou encore son tube Louxor, j’adore), Philippe Katerine s’en défend. "J’avais honte de moi-même au début, je ne savais pas trop où me mettre, raconte ce timide. J’étais terrorisé par l’extérieur. Maintenant, ça s’est décanté, je suis quelqu’un de plus doux."

Et pour cause, le chanteur sort un album (Le Film pour "le film de ma vie") tout en douceur. "Je ne sais pas plus qu’avant qui je suis, si ce n’est que je voulais aller plus dans la douceur, raconte celui dont la perte de son père lui a donné des envies de meurtre. Et pour se retrouver, faut parler de soi, j’ai donc écrit des chansons sur mon journal intime."

Philippe (ça) Katerine ?

Connu pour son côté provocateur ou volontairement outrancier, le compagnon de Julie Depardieu rétorque qu’il ne se sent "pas du tout provocateur, j’essaye juste de passer mes angoisses légèrement. La douceur est une provocation, elle est effrayante. C’est en dehors de ce qu’on vit tous les jours, qui est d’une violence inouïe !"

Si François Hollande lui a inspiré une chanson (un pique-nique à l’Elysée avec Julie Gayet), il lui a aussi fait faire "un transfert de personnalité avec ma Julie. C’est affreux d’avoir le moindre pouvoir." Ce père de trois enfants (Alfred, Billy et Edie) ne comprend pas pourquoi on les prend souvent pour un couple délirant ou décalé. "Tout le monde est complètement fou pour moi, souligne celui qui a peur des oiseaux. C’est vrai qu’à une époque, j’ai collectionné mes excréments. Ils formaient une sorte de photographie des moments de ma vie. Pour moi, c’était un peu comme des sculptures de Rodin. Mais j’ai arrêté, ça me faisait chier (sourires !)."

Sa nouvelle passion est plutôt cinématographique. Outre une ex (Helena Noguerra, sœur de Lio), une chanson qui aurait pu faire allusion à Mons (Doudou) ou encore une pochette de disque à la Magritte, la Belgique poursuit Katerine qui va jouer l’abbé Langélusse, dans Le Petit Spirou, aux côtés de François - M. Mégot - Damiens. "C’est un curé qui joue de la musique un peu folle sur son orgue, raconte celui qui a fait son tout premier concert à Liège. Je suis trop content de jouer un curé car je suis catholique d’origine, donc j’en ai vu défiler et des bien tordus ! Des farfelus, de ceux qui jouaient au foot avec les mains et des vicieux. Mais bon, je n’ai pas souffert de ça. Il y avait pas mal de sados aussi, mais ça tombait bien car j’étais maso (rires) !"

Le film (Pias) et Philippe Katerine sera aux Nuits du Botanique, à Bruxelles, le 21 mai.