Musique

Patrick Fiori sera chez nous les 26 et 27 avril

BRUXELLES Patrick Fiori sera en Belgique d'ici peu avec son spectacle 4 mots . L'occasion pour nous de lui passer un petit coup de fil, histoire de prendre de ses nouvelles...

Votre dernier titre, 4 mots, en trio avec Jean-Jacques Goldman et Christine Ricol, n'est pas neuf...

"Non. Cette chanson était sur le disque Si on chantait plus fort. Après deux ans d'exploitation de l'album, on s'est dit que pour le terminer on allait sortir 4 mots. Et ça a relancé l'album. Je ne m'attendais pas à cette surprise-là. Même si je savais que des milliers de gens attendaient de réentendre la voix de Jean-Jacques Goldman..."

Vous vous souvenez de la naissance de cette chanson ? Une chanson avec Goldman était évidente dès le départ ?

"Les chansons avec lui sont toujours évidentes. Il sait tellement cibler les gens, il est tellement humain... Cette chanson, je l'ai écoutée juste avant de me coucher à Marseille, dans un hôtel, au bord de la mer. C'est à partir de là que je lui ai proposé de travailler avec lui. J'espère qu'on collaborera encore plus tard."

Goldman a pris sa retraite et avec cette chanson il revient sur le devant de la scène. Ça ne lui a pas semblé étrange ? Beaucoup ont cru que ça annonçait son retour...

"Je ne sais pas ce que ça annonce mais, en tout cas, Jean-Jacques est un homme de parole. Il savait qu'à un moment ou à un autre, je risquais de lui demander de sortir le titre. Il m'a juste dit : à partir du moment où j'ai enregistré sur ton album, tu fais ce que tu veux."

Votre premier best of est sorti l'année passée. Quel regard posez-vous sur votre carrière ?

"Je suis content. Il y a des choses que j'ai évité de mettre parce que je trouvais que c'était un peu trop à l'eau de rose à mon goût. Et j'ai eu envie, après avoir revu tout ça, de faire encore mieux par la suite."

Vous regrettez d'avoir fait certaines chansons avec le recul ?

"Non. Ce n'est pas les chansons en soi. Je dirais que c'est plutôt le paquet cadeau qu'il y a autour qui me plaît moins aujourd'hui : les arrangements, la direction musicale prise..."

Vous venez de fonder une association avec votre papa, Corsicarménie...

"Oui. Je me suis rendu plusieurs fois en Arménie, mon pays d'origine, avec mon papa. On s'est rendu compte que c'est un endroit qui a besoin d'un message de coeur et d'esprit. Donc on va tenter de développer le sport, le chant, des structures pour que les jeunes notamment puissent s'exprimer. Il y a des choses qui existent déjà là-bas mais c'est fait de bric et de broc. On va essayer de structurer tout ça..."

Le 26 avril à l'espace Magnumde Colfontaine (065/88.74.74) et le 27au Forum de Liège (04/223.18.18).



© La Dernière Heure 2008