Musique

Cette blondinette n'a encore que 13 ans (bientôt 14, à cet âge-là, les mois comptent encore). New-yorkaise, Grace Vanderwall est d'origine hollandaise par son père, dont elle hérita de ce patronyme vondelien. C'est d'abord sur la toile que la petite chanteuse va se faire connaître, postant sur sa chaîne YouTube ("Oh Never mind it's just me", comptant plus d'un million de followers désormais) des reprises de classiques pop de son temps accompagnée de son ukulélé, façon Julien Doré. La gloire ne tardera pas à frapper.


En 2016, armée de son instrument fétiche et de ses propres chansons, elle remporte la onzième saison du télé-crochet America's Got Talent, où d'aucuns – en l’occurrence l'indéracinable membre du jury de l'émission Simon Cowell – voient déjà en elle "the next Taylor Swift !" S'en suit un EP en décembre dernier, "Perfectly Imperfect". Bardé du single "I Don't Know my Name", celui-là même qu'elle interpréta lors de son audition (à voir-ci-dessus).


Puis, ce LP introducteur au titre sans doute prophétique ("Just the Beginning"), qui vient d'arriver. Et, avec lui, l'excellent single "Moonlight", dont le clip vidéo posté sur YouTube fin juillet chatouille aujourd'hui les 20 millions de vues désormais (à voir ci-dessus). Une grosse équipe de producteurs se cache derrière les douze pistes de l'album, d'Ido Zmishlany (Shawn Mendes, Demi Levato, etc.) à Tim Sommers (B.O.B., Pitbull, etc.), en passant par Sean Douglas (Chris Brown, David Guetta, etc.), Greg Wells (Adele, Mika, Katy Perry) ou encore Gregg Wattenberg (Backstreet Boys, etc.). Un disque encore naïf et très formaté, mais traversé d'une voix d'exception qui devrait durer.


> 1CD (Columbia/Sony).

© D.R.