Musique

Avant de mettre un terme à leur carrière, les Scorpions se lancent dans une tournée, qui passait par Mons

MONS Dix-sept groupes venus de toute l’Europe se sont partagé en alternance les deux scènes du Prog&Metal Festival au Lotto Expo. On retiendra surtout la prestation des Français d’Adagio ainsi que celle des Norvégiens de Pagan’s Mind en préambule au concert de Scorpions.

Quelque trois mille personnes s’étaient déplacées pour voir, une dernière fois, Scorpions sur scène. Le groupe a, en effet, décidé de tirer sa révérence après 45 années de bons et loyaux services. C’est la raison pour laquelle les Allemands ont concocté une setlist homogène avec les plus grands classiques de leur répertoire en remontant jusqu’à la fin des années 70 et le début des années ’80 avec le légendaire The Zoo .

Le groupe a démontré tout le professionnalisme dont il a toujours fait preuve depuis ses débuts. La scène de Mons se prêtait en tout cas admirablement bien aux besoins des Teutons qui avaient déployé les grands moyens en installant un écran géant en toile de fond qui servait à appuyer visuellement chaque titre d’une animation vidéo qui lui était dédiée.

Certes, le groupe n’a pu éviter ses langoureuses ballades et le public n’aurait d’ailleurs sans doute pas accepté le contraire, à entendre la ferveur avec laquelle il a interprété les inévitables Send Me An Angel, Wind Of Change ou Still Lovin’You interprétée en rappel.

Du haut de sa batterie perchée à deux mètres de hauteur, James Kottak aura, lui aussi, marqué la soirée de son empreinte en exécutant une prestation puissante et précise.

Que dire aussi de Klaus Meine, sinon qu’il a assuré, vocalement, sa part de boulot si on excepte une entrée en matière gâchée par une balance trop aléatoire sur les premières secondes de Sting In The Tail .

Le groupe n’aura d’ailleurs interprété que trois nouveaux titres (Sting In The Tail, The Good Die Young, Raised On Rock) de son excellent dernier album.

Mais en offrant près de deux heures de show, le groupe n’aurait pas pu contenter tout le monde tant son répertoire est aussi long que le mur de Chine… Alors on a beaucoup apprécié les Big City Nights, Bad Boys Runnin’Wild , la version plus heavy de Tease Me Please Me et autre Rock You Like A Hurricane qui a ponctué les trois rappels offerts par un groupe qui aura toujours fait preuve de générosité vis-à-vis de son public. Et cet état de fait, quoi que pourraient en dire les esprits chagrins, mérite le plus profond des respects…



© La Dernière Heure 2010