Musique

On nous promettait une performance exceptionnelle de Guns 'n Roses sur la plaine de Dessel. Mais un an après leur passage à Werchter, force est de constater que les Guns ont perdu de leur superbe. 

Certes, la réunion de Duff McKagan (basse), de Slash (guitare) et d'Axl Rose laissait augurer le meilleur et pouvait laisser croire à ce qui se fait de mieux. Mais il faut bien avouer que la réunion du groupe n'aura pas été à la hauteur des nombreuses espérances placées par des milliers de fans dépités qui n'hésitèrent pas à rebrousser chemin au milieu du show. Le groupe a bien interprété ses plus grands succès mais sa performance d'ensemble fut insipide, inodore et incolore. 
 
Axl Rose n'est plus le chanteur qu'il a été. Sa voix diminuée n'aura jamais pu soutenir les riffs de guitare d'un Slash particulièrment à l'aise sur scène. En effet, seul le guitariste au chapeau semblait ëtre à sa place jeudi soir à Dessel. Duff Mc Kagan apporta bien ses vocalises en soutien de ses compères mais sa fcontribution s'assimila au minimum syndical. Bref, la sauce ne prit point. 
 
Le groupe américain aura pourtant essayé de débrider l'auditoire en interprétant ses plus grands succès mais rien n'y fit.
Et pourtant, tout avait plutôt bien commencé lorsque le groupe entonna "It's so Easy" dès son entrée sur scène. Mais le soufflé tomba dès les premières notes de "Double Talkin Jive". 
 
A Dessel jeudi soir, les Guns 'n Roses sont passés complètement à côté de leur sujet. Le groupe aura interprété pas moins de 33 titres avec certaines reprises dont celles de Soundgarden, des Wings, de Bob Dylan ou même de Pink Floyd.
Mais la magie ne fut jamais au rendez-vous; le groupe laissant transparaitre, sur scène, le sentiment d'une obligation contractuelle à remplir plutôt qu'une réelle envie de se produire devant une audience qui ne demandait pourtant qu'à s'enflammer.
Alors oui les "You Could Be Mine", "Civil War" et autre "November Rain" recueillirent un certain succès mais, dans l'ensemble, le show des Américains donna l'impression de tirer en longueur une setlist de 33 titres.

Fort heureusement, la journée fut ponctuée d'agréables surprises comme la prestation de Ghost qui parvint à captiver l'intérêt des fans. Car quelques minutes auparavant, Jonathan Davis éprouva bien des difficultés à prouver qu'il pouvait exister sans Korn.

Vivement la suite...