Musique Le célèbre rappeur marseillais était en concert au Palais 12 ce samedi et en a profité pour rencontrer nos lecteurs.

" J’étais complètement tétanisée devant lui, nous confie l’une des gagnantes de notre concours DH à la sortie de sa rencontre avec Soprano. Mais il était très cool et très sympa." Et sa copine d’ajouter : "Et, en plus, il était très accessible, un grand souvenir !"

Une rencontre qui aura duré dix bonnes minutes (en coulisses, dans sa loge et juste avant son concert qui aura vu Black M en guest surprise) pour nos six lecteurs et lectrices, aux anges d’avoir enfin pu parler à leur idole. "J’avais hâte de le rencontrer, tremble encore la jeune Marylin. Je ne savais pas quoi lui dire mais il était tellement gentil que je n’ai pas été déçue du tout."

En plus d’avoir signé des autographes, fait des selfies et autres accolades ou rigolades, il y a eu un moment encore plus émouvant pour Amandine de Vilvoorde. "Soprano a écrit son nom sur mon dos !" En effet, l’interprète du tube Fresh Prince - qui danse à la Carlton - a réalisé son autographe sur le tee-shirt de la jeune bruxelloise de 16 ans. "Je le garderai à vie, un moment inoubliable !" Tout comme le concert, l’Everest Tour (du nom de son dernier album), qui a suivi au Palais 12 de Bruxelles, où 16.000 personnes en délire se tenaient, en effet, devant l’Everest du rap français - il a déjà vendu plus de un million d’albums à seulement 38 ans. Si avec Soprano le diable ne s’habille plus en Prada, tous ses fans ont surtout envie de lui chanter "Jeffrey, remets-nous des chansons !"

"Je pensais en finir avec ma vie"

Inter­rogé par Nikos Aliagas dans 50 Minutes inside ce samedi, Soprano a reconnu qu’il avait long­temps souf­fert de dépression. "À une époque, j’étais écor­ché vif, j’étais très mélan­co­lique dans mes chan­sons. C’est pour ça, peut-être, que je me retrou­vais beau­coup sur les chan­sons de Bala­voine, parce que j’ai­mais beau­coup ses chan­sons mélan­co­liques, un peu écorchées", a-t-il expliqué à l’ani­ma­teur de TF1. Mais l’an­cienne star des Psy 4 de la rime (dont l’un des membres du groupe, Sya Styles, est décédé à seulement 37 ans en octobre 2015) a avoué qu’il avait voulu "en finir avec ma vie." "J’ai même tenté, malheu­reu­se­ment. Et heureu­se­ment que non. Et en fait, j’ai appris à aimer la vie à travers les gens, à travers les rencontres que j’ai faites."

L'interprète de Clown (un de ses tubes dans lequel il joue un clown triste, sorte d'amuseur public qui n'a pas le sourire) doit sa remontée des enfers à sa famille. "C’est vrai que quand je me suis marié, mes enfants m’ont redonné le boost, mes amis m’ont redonné le boost. Le succès et le public – parce que quand même, j’ai un public super fidèle – ça m’a donné envie de quit­ter la dépres­sion, la mélancolie."

Cette rencontre, d'un naturel déconcertant, en était encore la preuve: le public aime Soprano et le rappeur marseillais le lui rend bien en retour.