Musique Karol Sevilla et ses camarades ont levé le voile sur la troisième saison de la série signée Disney.

Ils sont jeunes, beaux et rendent dingues les ados et pré-ados de la terre entière. C’est au siège social de Walt Disney Company France que nous les avons retrouvés. Karol Sevilla, Valentina Zenere, Ruggero Pasquarelli et Michael Ronda, respectivement Luna Valente, Ambre Smith, Matteo Balsano et Simon Alvarez, de Soy Luna. La longue journée de promo qui les attendait ne les a pas empêchés d’afficher leur plus beau sourire afin de lever le voile sur la troisième saison de la série sud-américaine qui débarquera en septembre prochain sur Disney Channel.

Que pouvez-vous nous dire à propos de cette nouvelle saison de Soy Luna ?

Michael Ronda : "Cette saison est très intéressante pour Simon. Il est toujours à la recherche de l’amour mais, cette fois-ci, il va se passer certaines choses auxquelles il ne s’attendait pas. C’est une saison de challenge pour lui et je l’ai tournée avec beaucoup de plaisir."

Valentina Zenere : "De son côté, Ambre est en train de vivre une série de changements. Son personnage devient plus rebelle. Il trouve l’amour et se retrouve dans une situation qu’elle ne connaissait pas auparavant. Ambre va se montrer sous un nouveau jour et les téléspectateurs vont être surpris."

Ruggero Pasquarelli : "Matteo a vu Simon et Luna, ensemble, sur la plage. Il s’imagine donc des choses qui n’existent peut-être pas. Il est toutefois décidé à se battre pour son amour. Son personnage grandit aussi, notamment avec la musique, ce que Matteo aime le plus. Il est d’ailleurs très content car, pour la seconde fois, il peut mettre sa propre musique dans la série, à savoir Esta noche no paro (traduisez : "Ce soir, je n’arrête pas", NdlR.) "

Karol Sevilla : "Luna grandit au fur et à mesure des saisons. Elle change de look, de coiffure et porte des vêtements qui la rendent plus femme. Cette saison, elle va vraiment se concentrer sur sa famille. Elle veut en savoir davantage sur l’histoire de ses parents, sur l’orphelinat, même si elle reste très attachée aux Benson, sa famille d’adoption. Disons que pour une fois, elle est plus confuse à ce niveau-là qu’en amour."

Pourquoi, selon vous, Soy Luna a autant de succès auprès des jeunes du monde entier ?

M.R. : "Cette série possède tous les ingrédients qu’il faut pour que ça marche. Il y a des acteurs venant de pays différents, ce qui permet à des personnes du monde entier de s’identifier à eux. Les histoires d’amour rencontrées dans la série sont bonnes. Elles motivent les téléspectateurs à regarder. On y retrouve aussi un mélange de choses qui attirent le regard, à savoir de la danse, de belles couleurs, du chant et du patinage."

Avez-vous dû apprendre à patiner pour la série ?

R.P. : "On a dû apprendre à patiner pour le show. J’ai commencé un peu plus tard que les autres parce que je tournais encore pour Violetta . Quand je suis arrivé, j’étais donc un peu en retard par rapport aux autres. Mon genou en a d’ailleurs subi les conséquences. Je suis censé être le roi du patinage et je ne pouvais plus rien faire. J’ai dû travailler dur pour arriver à m’imposer."

Vous est-il arrivé de vous blesser pendant le tournage ?

Ensemble : "Plein de fois !"

R.P. : "Je me souviens avoir reçu les patins de Valentina dans une zone très sensible. Je peux vous dire que j’ai vraiment eu mal (rires). Quant à ceux de Karol, je les ai une fois reçus sur le visage. J’ai dû arrêter le tournage pendant une semaine."

Avez-vous des rêves au niveau professionnel ?

M. R. : "J’adorerais jouer au cinéma mais également produire des films."

R. P. : "Cette période Disney m’a fait découvrir énormément de choses. J’ai pu me frotter à différents domaines. Je me suis rendu compte que ce que j’aime le plus, c’est chanter. Que ce soit pour Disney ou pas. J’ai envie d’être en studio, d’enregistrer et d’écrire des chansons. Je ne sais pas encore si je chanterai en espagnol ou en italien. Peut-être les deux… Tout ce que je sais, c’est que la musique latino-américaine n’a jamais eu autant de succès que pour le moment…"