Musique Le chanteur belge s'est confié à Libération.

Dans une interview accordée au quotidien français Libération, Stromae est revenu sur les derniers mois de sa longue tournée. Pour rappel, le Bruxellois avait dû interrompre sa tournée africaine à cause des problèmes de santé.

"Après 150 dates, j’étais à plat. Je n’ai pas supporté mon traitement anti-paludisme, ça m’a filé des hallucinations. J’ai cru que j’avais basculé dans la folie, on m’a diagnostiqué une décompensation psychique. J’aurais pu faire une connerie, je n’étais plus moi-même", raconte Stromae avant que sa compagne Coralie Barbier, n'ajoute : "J’ai cru que je ne le retrouverais jamais plus comme avant."

Il s'est aussi un petit peu épanché sur l'aspect financier de sa carrière. "Tout ce que j'ai gagné, après impôts, et je suis fier d'avoir été un gros contribuable, a été réinvesti dans Mosaert (Ndlr: son agence artistique). On fait travailler des usines locales, des gens sur les clips, c'est pas des emplois fictifs. Si nous ne continuons pas de travailler, dans dix ans, nous n'aurons plus de quoi faire tourner notre société."

Par contre, pas question pour lui de se reposer sur ses lauriers au niveau musical. "Je ne suis pas prêt à faire une grosse daube pour des histoires d'argent parce qu'alors le public me dira : Stromae, tu sais quoi? Va bien te faire foutre! et il aura raison."

Stromae doit aussi faire face à une médiatisation soutenue, ce qui rend un peu plus délicate sa vie de couple par moments. "Ce n’est pas facile d’être à mes côtés, je prends beaucoup d’espace, la médiatisation impacte les proches, du coup je me sens coupable et, dans le privé, j’ai tendance à m’effacer."